NOUVELLES
21/01/2013 11:18 EST | Actualisé 23/03/2013 05:12 EDT

L'Irak demande au géant pétrolier ExxonMobil de respecter sa Constitution

Le Premier ministre irakien a appelé lundi la major pétrolière américaine ExxonMobil à respecter la Constitution du pays, lors d'un entretien avec son PDG, en référence à un accord signé par la compagnie avec le Kurdistan autonome et considéré comme illégal par Bagdad.

Le Premier ministre Nouri al-Maliki a refusé une nouvelle fois de reconnaître la validité de cet accord, lors de sa première rencontre avec le PDG d'ExxonMobil depuis la signature du contrat en octobre 2011.

Se référant à la Constitution, M. Maliki a rappelé que les importantes réserves pétrolières du pays "appartiennent à tous les Irakiens", selon un communiqué de son cabinet.

ExxonMobil a signé en octobre 2011 un accord d'exploration pétrolière avec la région du Kurdistan dans six zones, dont deux sont revendiquées à la fois par les autorités régionales kurdes et par les autorités de Bagdad.

Le gouvernement central affirme que tous les contrats pétroliers doivent lui être soumis et considère comme illégaux ceux qui ne le sont pas.

"Les Irakiens sont partenaires dans n'importe quelle découverte de pétrole, partout en Irak. Ils ne peuvent pas être partenaires à Bassora mais pas dans d'autres régions", a affirmé lundi M. Maliki.

De son côté, le PDG d'ExxonMobil Rex Tillerson a indiqué que son entreprise souhaitait "continuer à travailler et à se développer en Irak", ajoutant que "d'importantes décisions dans ce domaine" seraient prises, sans fournir plus de détails.

ExxonMobil et la compagnie anglo-hollandaise Shell ont signé en janvier 2010 un accord pour l'exploitation d'un champ pétrolier dans le sud de l'Irak, mais fin 2012 la compagnie américaine a annoncé à Bagdad vouloir revendre ses parts dans le projet afin de se concentrer sur le contrat signé avec le Kurdistan.

ln/psr/tg/cco/ehl