NOUVELLES
21/01/2013 04:08 EST | Actualisé 23/03/2013 05:12 EDT

Le président de l'Égypte critique l'intervention militaire de la France au Mali

RIYAD, Arabie saoudite - Le président islamiste de l'Égypte a manifesté, lundi, son opposition à l'intervention militaire de la France au Mali, affirmant que de telles actions auront pour conséquence de créer un «autre point chaud» qui séparera les pays arabes du nord de ses voisins africains plus au sud.

S'adressant dans le cadre de la session inaugurale du Sommet économique arabe en Arabie saoudite, Mohammed Morsi a également annoncé son soutien à l'Algérie contre les menaces à sa sécurité — une référence à la prise de contrôle d'un complexe pétrolier par des rebelles islamistes la semaine dernière dans le sud-est du pays. Trente-huit otages et 29 militants ont péri à la suite de l'attaque.

La Brigade masquée, le groupe qui dit avoir manigancé la prise de contrôle, a avisé qu'elle mènerait d'autres attaques du genre contre tout pays qui soutiendra l'implication de la France au Mali. Les forces françaises tentent de mettre fin à une poussée des extrémistes islamistes.

M. Morsi, qui est issu du plus vieux groupe islamiste de l'Égypte — les Frères musulmans — dit qu'il aurait préféré assister à une intervention axée vers «le pacifisme et la croissance» au Mali. La France n'a pas immédiatement réagi aux propos de M. Morsi, qui doit effectuer une visite officielle à Paris le 1er février.