NOUVELLES
21/01/2013 04:40 EST | Actualisé 23/03/2013 05:12 EDT

Le camp de l'Impact de Montréal s'ouvre sous le signe de la continuité

TORONTO, CANADA - OCTOBER 20:  Patrice Bernier #8 of the Montreal Impact moves the ball during MLS action against the Toronto FC at BMO Field October 20, 2012 in Toronto, Ontario, Canada.  (Photo by Abelimages/Getty Images)
Getty Images
TORONTO, CANADA - OCTOBER 20: Patrice Bernier #8 of the Montreal Impact moves the ball during MLS action against the Toronto FC at BMO Field October 20, 2012 in Toronto, Ontario, Canada. (Photo by Abelimages/Getty Images)

MONTRÉAL - La température était glaciale lundi matin, mais à l'intérieur du complexe sportif Marie-Victorin les joueurs de l'Impact de Montréal brûlaient d'impatience à l'idée de se retrouver ensemble sur le terrain.

Le Québécois Patrice Bernier, qui a été nommé joueur par excellence de l'Impact l'an dernier, a d'ores et déjà indiqué que le courant circulait assez bien entre le nouveau pilote de l'Impact Marco Schällibaum et ses joueurs.

«Ça va bien, il est proche des joueurs et il parle quatre langues, mais c'est le premier jour du camp et on avance petit à petit et on va appendre à mieux se connaître», a-t-il dit.

Même si un changement de philosophie s'est opéré durant la saison morte, après que l'Impact eut décidé d'adopter une approche plus européenne, le camp s'est ouvert sous le signe de la continuité. Ainsi, 22 joueurs qui ont fait partie de l'équipe l'an dernier étaient de retour lundi en sol montréalais.

Une situation beaucoup plus propice à l'apprentissage et au développement de la chimie, de l'avis de plusieurs.

«C'est le même groupe, il s'agit simplement de retrouver les automatismes. On ne part pas à zéro, et il faudra juste maximiser le potentiel de l'équipe pour atteindre nos objectifs cette saison», a dit Bernier.

Des commentaires qui ont trouvé échos dans ceux de Marco Di Vaio, le joueur de concession du onze montréalais. Ainsi, l'an dernier, l'Impact avait regroupé des individus qui luttaient pour faire partie de l'équipe, mais cette fois, l'ambiance est beaucoup plus conviviale.

«On se connaît entre nous et on sait qu'il faudra travailler l'exécution, a admis Di Vaio dans un français très amélioré. On est ensemble depuis un an et on sait qu'on doit peaufiner certains aspects du jeu, bien qu'on ait encore beaucoup de temps pour le faire.»

Sous l'oeil attentif de Schällibaum, les 31 joueurs invités au camp de l'équipe se sont livrés à des exercices de dribble, de centres, de coups de pied sur réception et de relances qui ont duré pendant un peu plus d'une heure.

Bernier, auteur de neuf buts l'an dernier, a indiqué qu'il s'agissait surtout d'une journée de «mise en jambe». Le Brossardois a ajouté qu'il s'attendait à voir la cadence augmenter au cours des prochains jours.

«C'est très structuré, c'est ce dont j'étais habitué en Europe, mais c'est juste pour remettre les jambes en marche parce que demain (mardi), je crois que ce sera encore plus demandant», a expliqué le Québécois de 33 ans, qui a écoulé huit ans de sa carrière en Norvège, en Allemagne et au Danemark.

Les joueurs ont ensuite disputé un petit match amical intra-équipe d'une heure, ne serait-ce que pour retrouver leurs instincts.

«C'était très intense, de façon à retrouver la base au niveau physique et en endurance, a décrit le Suisse de 50 ans. J'ai vu des sourires, des joueurs qui sont heureux d'être ensemble, et ça c'est très, très bon pour une équipe de foot.

«On voit que Davy (Arnaud) est un joueur qui a des qualités sur le terrain et à l'extérieur, mais il y a aussi les autres comme Patrice Bernier, qui a un sens du jeu extraordinaire, Marco Di Vaio et aussi les jeunes qui m'ont impressionné. Bref, j'ai le matériel qui me rend optimiste pour l'avenir.»

Par ailleurs, l'attaquant Sanna Nyassi a chuté lourdement sur le cou durant le match intra-équipe. Il est resté étendu sur le sol pendant de longues minutes, et un porte-parole de l'Impact a indiqué qu'il était trop tôt pour déterminer la gravité de la blessure — s'il y a blessure. Le défenseur Hassoun Camara a également raté la première journée du camp d'entraînement.

L'Impact poursuivra son camp au cours des deux prochaines semaines à Montréal, avant de se diriger vers Orlando, en Floride, pour y disputer la Classique Pro Soccer Disney World.