NOUVELLES
20/01/2013 09:04 EST | Actualisé 22/03/2013 05:12 EDT

Une mallette pleine d'argent dans le bureau de Trépanier

Un texte de Bernard Leduc

COUVERTURE EN DIRECT - Après une suspension de huit semaines, les audiences publiques de la commission Charbonneau ont repris avec le bref témoignage d'Alexandra Pion.

Réceptionniste à Union Montréal en 2005, Alexandra Pion affirme que Bernard Trépanier, grand argentier du parti à l'époque, lui a demandé de compter de l'argent dans son bureau.

Ce fait avait déjà été mentionné devant la commission par Martin Dumont, ex-organisateur politique pour le parti de l'ex-maire Gérald Tremblay.

Mme Pion a cependant contredit sur une majorité de points la version de l'événement faite par M. Dumont en octobre dernier.

Elle dit avoir vu le contenu de la mallette de M. Trépanier, qui contenait des billets attachés avec des élastiques, des 20 $ et des 50 $. Elle soutient par contre avoir refusé de compter l'argent, et donc n'avoir jamais dit à M. Dumont qu'il y avait là une somme de 850 000 $.

En fait, non seulement elle dit que c'est à la commission, de la bouche de M. Dumont, qu'elle a pour la première fois entendu parler de ce montant, mais elle affirme n'avoir jamais parlé du tout de cet événement à ce dernier, qui soutient pour sa part avoir recueilli ses confidences.

Lors de son témoignage en octobre dernier, l'ex-organisateur politique pour Union Montréal Martin Dumont a soutenu que Mme Pion s'était plainte à lui que M. Trépanier lui avait fait compter de l'argent dans son bureau, une somme de 850 000 $, un type de travail qu'elle lui aurait dit ne plus souhaiter faire.

Suivez la commission en direct avec François Messier

La commission siégera à deux commissaires

La présidente de la commission, France Charbonneau, a annoncé en ouverture des travaux que le commissaire Roderick A. Macdonald, absent depuis le début des auditions, ne siégera finalement pas.

Les trois commissaires, M. Macdonald compris, ont décidé, à l'unanimité, que la commission siégerait désormais à deux commissaires, ce dernier se concentrant sur les études et les analyses nécessaires à l'identification des recommandations que fera la commission au gouvernement.

M. Macdonald, opéré pour un cancer des amygdales à la mi-mai, était depuis en convalescence.

La procureure en chef Sonia Lebel a présenté trois nouveaux procureurs embauchés par la commission dans la foulée des départs de Sylvain Lussier et de Claude Chartrand. Erika Porter, qui a déjà représenté le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) à la commission, se joindra notamment à l'équipe. Les deux autres procureurs sont Me Paul Crépeau et Me Cainnech Lussiaà-Berdou.

La commission a également dévoilé sa feuille de route pour les prochaines semaines. Il est déjà acquis que les audiences publiques continueront de se pencher sur l'octroi des contrats publics à la Ville de Montréal.

Les audiences de la commission ont lieu au 500, boulevard René-Lévesque Ouest. La salle d'audiences se trouve au 9e étage.

Martin Dumont de retour devant la commission

L'ex-organisateur politique du parti de l'ex-maire de Montréal Gérald Tremblay doit lui-même être rappelé à la barre des témoins au terme du témoignage de Mme Pion. La commission dit vouloir obtenir des précisions sur son témoignage.

Selon le porte-parole de la commission, Richard Bourdon, la version des faits livrés par M. Dumont lors de son témoignage différait quelque peu de celle qu'il a livrée aux enquêteurs de la commission en pré-entrevue.

Son avocate, Suzanne Gagné, a cependant demandé à ce que le témoignage de M. Dumont soit remis à plus tard pour des raisons médicales. Le procureur de la commission Simon Tremblay s'est opposé à ce report.

Me Tremblay allègue que les documents déposés sous scellé par Me Gagné ne sont pas appuyés par un affidavit ou des témoignages, ce qui constitue un « vice fatal ». Il ne démontrent pas que M. Dumont est inapte à témoigner, a-t-il ajouté.

L'affaire a été prise en délibéré par la commissaire Charbonneau.

Dans son témoignage, à la fin du mois d'octobre, Martin Dumont avait éclaboussé son ancien chef, Gérald Tremblay, ce qui avait contribué à la démission du maire. Lors du contre-interrogatoire, sa crédibilité et sa réputation avaient été attaquées par l'avocat d'Union Montréal.

La sergente superviseure Isabelle Toupin, de la Sûreté du Québec, devait également être appelée à la barre des témoins cette semaine.

La commission doit également revenir sur la liste des invités qui se sont présentés au club privé 357c à Montréal, liste qui a été dévoilée juste avant la fin des travaux, sans davantage d'explications. On y apprenait notamment que l'ancienne ministre Line Beauchamp s'y était rendue à deux reprises en 2007 en compagnie de son ex-conjoint, l'organisateur libéral Pierre Bibeau. Ils y avaient rencontré l'entrepreneur Paolo Catania et Frank Minicucci, le bras droit de Tony Accurso.