NOUVELLES
20/01/2013 12:19 EST | Actualisé 22/03/2013 05:12 EDT

Élections en Italie: Silvio Berlusconi ne veut plus être premier ministre

ROME - Silvio Berlusconi affirme qu'il ne redeviendra pas premier ministre même si son parti de centre droit, qui se trouve maintenant en deuxième place dans les sondages, remporte les prochaines élections générales en Italie.

Dans une entrevue télévisée diffusée dimanche, le Cavaliere a déclaré que c'était Angelino Alfano, son héritier politique et ancien ministre de la Justice, qui prendrait la tête du gouvernement italien advenant la victoire de sa formation au scrutin des 24 et 25 février.

Pendant des mois, il est demeuré évasif à savoir s'il voulait oui ou non obtenir un quatrième mandat comme premier ministre.

Selon les sondages, le favori dans la course est le leader de centre gauche Pier Luigi Bersani. Il est toutefois peu probable que ce dernier récolte suffisamment de voix pour gouverner seul.

Il pourrait possiblement conclure une alliance avec le premier ministre sortant, Mario Monti, qui dirige un parti de centre et se trouve en troisième position dans les intentions de vote derrière MM. Bersani et Berlusconi.

Économiste respecté, M. Monti a été nommé à la fin de 2011 pour remplacer Silvio Berlusconi, qui a démissionné alors que l'Italie risquait de basculer dans la crise de la dette de la zone euro.

Pier Luigi Bersani s'est révélé l'un de ses plus fidèles alliés au Parlement, soutenant même ses réformes du régime de retraite et des lois sur le travail.

Silvio Berlusconi tente de se faire réélire en dépit des nombreuses enquêtes et procédures judiciaires dont il fait l'objet. Il a notamment été reconnu coupable l'automne dernier de fraude fiscale et subi présentement un procès à Milan pour avoir retenu les services d'une prostituée mineure et avoir ensuite essayé d'étouffer l'affaire.