NOUVELLES
20/01/2013 09:40 EST | Actualisé 22/03/2013 05:12 EDT

Le président libanais pour la légalisation du mariage civil

Le président libanais Michel Sleimane s'est prononcé dimanche en faveur du mariage civil, actuellement illégal dans le pays, régi par un système politique confessionnel.

"Nous devons travailler sur une loi encadrant le mariage civil. C'est un pas important pour éradiquer le confessionnalisme et consolider l'unité nationale", a écrit le chef d'Etat sur sa page Facebook.

M. Sleimane avait également posté la photo d'une fillette portant une pancarte "Le mariage civil, pas la guerre civile", une allusion au conflit qui a déchiré de 1975 à 1990 le Liban, toujours en proie à de forts clivages confessionnels.

Quatre heures après sa publication, plus de 1.700 personnes avaient "aimé" cette déclaration sur la page Facebook où de nombreux commentaires la saluaient.

Sur Twitter, le président libanais a demandé à ses abonnés de donner leur avis et plusieurs stars se sont prêtées au jeu.

La chanteuse Elissa a ainsi appelé à ce "que le mariage civil encourage nos politiciens à ne pas se cacher derrière leur petit doigt et à enrichir la diversité de notre pays bien aimé".

L'ancien président Elias Hraoui avait proposé en 1998 une loi similaire qui avait été acceptée par le gouvernement mais avait ensuite été retirée face à une levée de boucliers des autorités religieuses.

Au Liban, pays considéré comme relativement libéral dans une région plutôt conservatrice, la religion occupe une place de premier plan. Dans ce pays qui réunit 18 communautés religieuses, l'Etat est régi par un système complexe de partage du pouvoir entre les différentes confessions.

En 2011, le ministre de l'Intérieur a autorisé ceux qui le souhaitaient à ne pas préciser leur religion sur les documents officiels.

Mais pour ceux qui souhaitent un mariage civil, ils doivent le faire à l'étranger, souvent dans l'île de Chypre voisine.

am/sbh/hj