NOUVELLES
19/01/2013 06:05 EST | Actualisé 21/03/2013 05:12 EDT

Tollé contre la déportation d'une famille mexicaine qui vivait à Montréal

MONTRÉAL - La déportation samedi matin d’une famille d’origine mexicaine qui vivait à Montréal depuis 2008 suscite un tollé, notamment au sein des Mexicains du Canada.

Une manifestation de solidarité s'est tenue à l'aéroport Trudeau, à laquelle ont participé une trentaine de personnes, dont le député Amir Khadir, de Québec soldiaire.

Le Canada a ordonné l’expulsion de Marisol Mendez, Fernando Reyes et de leurs deux enfants, Ingrid et Eduardo, leur ayant refusé le statut de réfugiés.

La famille a fui le Mexique en 2008, après que le père eût été enlevé à trois reprises, présumément par la police mexicaine.

Le groupe «Mexicains Unis pour la Régularisation» dénonce cette déportation, craignant pour la sécurité des expulsés à leur retour dans leur pays.

Le couple Reyes-Mendes était impliqué dans le bénévolat à Montréal et participait activement à des groupes de justice migrante. Le 27 décembre dernier, l’Agence des services frontaliers du Canada a ordonné l’expulsion, en dépit de l’appel du couple pour que le fils Eduardo puisse terminer son année scolaire.

L’organisme Mexicains Unis pour la Régularisation affirme que les Mexicains qui ont récemment été déportés du Canada subissent un grand risque d’enlèvement et d’extorsion dans leur pays. Il soutient qu’il y a eu plusieurs cas documentés de demandeurs d’asile mexicains trouvés assassinés peu de temps après leur retour au Mexique.

Le groupe prétend qu'à chaque jour, sept réfugiés mexicains en moyenne sont expulsés du Canada.

Le député de Québec solidaire, Amir Khadir, déplore l’attitude qu'il qualifie «d’intransigeante» du gouvernement Harper face à l’immigration, qui s’incarne dans la nouvelle loi C-31, selon lui. Il ajoute que l’entêtement d’Ottawa à vouloir expulser des immigrants sans égard pour leur sécurité est «aberrant et inhumain».