NOUVELLES
19/01/2013 05:15 EST | Actualisé 21/03/2013 05:12 EDT

Syrie: le ministre des Affaires étrangères invite les rebelles au dialogue

BEYROUTH - Le ministre des Affaires étrangères de la Syrie a invité samedi les rebelles à déposer leurs armes et à prendre part à un dialogue national, disant que tous ceux qui y participeront seront inclus dans un nouveau conseil des ministres avec des pouvoirs exécutifs.

Dans un entretien en direct à la télévision d'État tard samedi, Walid al-Moallem a indiqué que tous les partis d'opposition pourraient se joindre au conseil à la condition qu'ils rejettent une intervention étrangère en Syrie. Il a ajouté que le gouvernement syrien avait commencé à contacter ceux qu'il a qualifiés de «représentants du peuple syrien».

Plus tôt ce mois-ci, le président Bachar el-Assad a rejeté les appels à sa démission, promettant de continuer à combattre des rebelles. Il avait également proposé une conférence de réconciliation nationale, des élections et une nouvelle constitution, des concessions qu'il avait précédemment offertes depuis le début du soulèvement contre lui en mars 2011.

L'opposition soutient quant à elle que l'actuel président ne peux jouer aucun rôle dans une résolution du conflit. Le ministre al-Moallem s'est adressé à elle dans son interview, appelant ceux qui s'étaient battus pour le changement et la réforme à participer à bâtir la «nouvelle Syrie».

Le ministre a également accusé le Qatar, l'Arabie-Saoudite et la Turquie d'armer et de financer les rebelles syriens. Il a également soutenu que Jabhat al-Nusra — un groupe lié à Al-Qaida déclaré organisation terroriste par les États-Unis et qui se bat aux côtés des rebelles syriens — avait fait venir des combattants de 27 pays pour se battre en Syrie.

L'entretien de al-Moallem a été diffusé à la fin d'une journée pendant laquelle soldats du gouvernement ont livré d'intenses batailles contre des rebelles qui tentaient de capturer deux bases militaires dans le nord-ouest du pays tout en augmentant l'intensité de leurs attaques contre d'autres enceintes militaires du reste du pays, selon des activistes.

L'Observatoire syrien pour les droits humains, installé en Grande-Bretagne, et les Comités de coordinations locaux ont indiqué que les rebelles avaient détruit au moins un blindé de l'armée près de la ville de Khan Sheikhoun dans la province d'Idlib.

Les rebelles se concentrent depuis récemment sur les attaques sur des bases du gouvernement. La guerre civile syrienne a fait plus de 60 000 morts depuis le début du conflit en mars 2011.