NOUVELLES
19/01/2013 05:55 EST | Actualisé 21/03/2013 05:12 EDT

Réunion des pays d'Afrique de l'Ouest sur le Mali

Les dirigeants des pays d'Afrique de l'Ouest sont réunis samedi en Côte d'Ivoire pour discuter de la situation au Mali, où l'intervention conjointe entre les forces françaises et maliennes se poursuit pour faire reculer les rebelles islamistes.

Les pays de la région négocient notamment leur propre contribution. Environ 3000 soldats doivent se joindre bientôt aux troupes déjà sur le terrain, mais des inquiétudes au sujet de l'opération ont retardé l'envoi d'aide par certains pays. Le Togo et le Nigeria, par exemple, ont déjà fourni l'aide promise.

La rencontre de samedi devrait donc largement porter sur la création d'un commandement central pour les forces africaines, qui pourrait être dirigé par le général nigérian Shehu Usman Abdulkadir, selon un responsable français qui n'a pas voulu être identifié.

C'est d'ailleurs le message qu'a livré le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, qui participe à la rencontre. À son arrivée à Abidjan, il a déclaré que les forces africaines se devaient de « prendre le relais de la France » au Mali. Il a toutefois admis que plusieurs semaines pourraient se dérouler avant que la MISMA, la Mission de soutien au Mali, ne soit pleinement opérationnelle sur le terrain.

Selon le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, 2000 militaires français étaient présents samedi sur le terrain, et le chiffre de 2500, initialement prévu, sera
peut-être dépassé.

Au total, l'opération mobilisera « environ 4000 militaires », a ajouté Jean-Yves Le Drian, faisant allusion aux forces stationnées hors du sol malien.

Sur le terrain

Pendant ce temps, les autorités malines affirment avoir repris le contrôle des villes de Konna et de Diabali.

Ces deux villes étaient considérées comme clé puisqu'elles sont situées presque à mi-chemin entre la nord, contrôlé par les milices islamistes, et la capitale Bamako.