NOUVELLES
19/01/2013 12:10 EST | Actualisé 21/03/2013 05:12 EDT

Ouverture au Yémen du procès de 21 membres présumés d'Al-Qaïda

Le procès de 21 membres présumés d'Al-Qaïda, dont trois Jordaniens et un Egyptien, accusés d'être impliqués dans des attentats contre l'armée et la police au Yémen, s'est ouvert samedi devant un tribunal yéménite spécialisé dans les affaires de terrorisme.

Les accusés ont comparu en quatre groupes séparés, dont l'un est composé d'un Egyptien et de trois Jordaniens.

Ils sont poursuivis pour "appartenance à une bande criminelle liée à Al-Qaïda visant à perpétrer des attentats contre l'Etat, la police et l'armée", selon l'acte d'accusation lu lors de l'audience.

Ils ont plaidé non coupable et affirmé que leurs aveux avaient été obtenus "sous la contrainte et la torture", selon un correspondant de l'AFP.

La prochaine audience a été fixée au samedi 26 janvier.

Lundi, neuf Yéménites, accusés de complicité dans un attentat suicide revendiqué par Al-Qaïda qui avait coûté la vie à 86 soldats en mai 2012, avaient comparu devant un tribunal de Sanaa spécialisé dans les affaires terroristes.

Al-Qaïda est tenu responsable de la plupart des actes de violences qui se sont multipliés ces deux dernières années au Yémen.

Le réseau extrémiste a profité de l'affaiblissement du pouvoir central au Yémen, secoué par une insurrection qui a abouti au départ du président Ali Abdallah Saleh en février 2012, pour renforcer son emprise dans l'est et le sud du pays.

jj/tm/cco