NOUVELLES
19/01/2013 06:00 EST | Actualisé 21/03/2013 05:12 EDT

Les cols bleus de Lévis irrité par la réduction des heures d'ouverture des patinoires extérieures

La réduction des heures d'ouverture des patinoires extérieures et des chalets à Lévis fait vivement réagir les cols bleus. Ces derniers considèrent que la Ville fait des compressions au mauvais endroit.

Rappelons que les heures d'ouverture ont été uniformisées cet hiver dans tous les arrondissements de la ville. À certains endroits, il s'agit d'une réduction de l'ordre de 25 %.

Pour Gérard Poirier, président du syndicat des employés municipaux de Lévis, les compressions privent des employés de nombreuses heures de travail, en plus de nuire à la population.

« On favorise la pratique du sport chez des enfants, puis là, on trouve que la mesure qui a été adoptée va à l'encontre de ça. Ce n'est pas pratique que les enfants mettent leurs patins sur le banc de neige. La conséquence [...], c'est qu'ils ne viennent pas patiner », déplore M. Poirier.

Le son de cloche est le même du côté du Marylène Montminy, une mère de famille. « Si on coupe dans ces services-là, c'est directement les enfants qui sont affectés puis je ne pense pas que c'est la place qu'on doit couper », dit-elle.

Les patineurs et les cols bleus espèrent maintenant que la mairesse de Lévis, Danielle Roy-Marinelli, reviendra sur la décision de la Ville de réduire le nombre d'heures d'ouverture des patinoires extérieures, un peu comme l'a fait récemment le maire Labeaume du côté de la Ville de Québec.

Radio-Canada a tenté d'obtenir la réaction de la Ville de Lévis, en vain.