NOUVELLES
19/01/2013 02:40 EST | Actualisé 21/03/2013 05:12 EDT

Le témoignage de Martin Dumont sera revu à la Commission Charbonneau

MONTRÉAL - La véracité du témoignage de l'ex-organisateur politique d'Union Montréal Martin Dumont devant la commission Charbonneau est remise en question, si bien qu'une ancienne réceptionniste du parti sera la première personne à témoigner à la reprise des audiences, lundi.

À son passage devant la commission en octobre, M. Dumont a déclaré que l'ex-maire de Montréal, Gérald Tremblay, savait que sa formation politique profitait d'un financement illégal. Il a notamment décrit le coffre-fort du parti, que l'ex-responsable d'Union Montréal, Bernard Trépanier, n'arrivait plus à fermer seul.

Le témoignage de l'ex-réceptionniste d'Union Montréal, Alexandra Pion, sera suivi du retour de M. Dumont à la barre. Si les doutes au sujet du témoignage de ce dernier s'avèrent, il pourrait être accusé de parjure.

Le criminaliste Robert Lahaie a rappelé que «toute personne qui ne dit pas la vérité, sous serment, volontairement et pour tromper la justice, peut être accusée de parjure», qu'elle ait fait une déclaration sous serment devant une commission d'enquête ou un tribunal.