NOUVELLES
19/01/2013 11:57 EST | Actualisé 21/03/2013 05:12 EDT

Coupe du monde - Descente de Wengen: Innerhofer en mode "Winnerhofer"

Christof Innerhofer s'est mis samedi en mode "Winnerhofer" pour rejoindre le gotha du ski alpin au palmarès de la descente de Wengen, l'une des pistes les plus mythiques du circuit de Coupe du monde avec ses 4,415 km de long.

L'Italien, qui avait hérité du surnom de "Winnerhofer" aux Mondiaux 2011 à Garmish-Partenkirchen, où il avait enlevé trois médailles -une de chaque couleur-, est resté quelques secondes tétanisé par l'effort au bout de ses 2 min 29 sec et 82/100 de course menée tambour battant sous l'oeil du mont Eiger (L'Ogre). Avant de brandir les deux poings en l'air.

"J'ai attaqué autant que j'ai pu, aussi longtemps que j'ai pu", a fait valoir Innerhofer. "Avant j'étais le champion de l'entraînemant, j'ai décidé que cela allait changer. A la fin de ma carrière, je préfèrerais compter quelques victoires, plutôt que plein de huitièmes places."

"Je me suis dit: +Christof, tout est parfait pour toi: le soleil brille, les conditions de neige sont comme tu les aimes+. Je voulais prendre tous les risques et j'ai fait une course parfaite", a raconté le volubile coureur, au sourire de play-boy, se souvenant de sa troisième place dans l'épreuve l'an dernier.

L'Autrichien Klaus Kröll, pourtant un gros client, lui qui s'était imposé en 2011, ne pouvait que s'incliner, déjà bien content de sa deuxième place devant son compatriote Hannes Reichelt: "Je l'ai regardé partir et franchement, je ne vois pas comment je pouvais lui prendre 3/10e", l'écart qui le séparait de l'Italien au final.

Déjà vainqueur de la descente de Beaver Creek cet hiver, Innerhofer s'était déjà signalé la veille en signant le meilleur temps de la descente, certes raccourcie, lors du super-combiné.

C'est sur le haut du parcours qu'il a réussi à faire la différence comme il l'avait planifié et se mettre ainsi en route pour sa deuxième victoire de l'hiver, la cinquième de sa carrière.

Le Norvégien Aksel Lund Svindal, leader de la Coupe du monde de descente, ne comptait pas faire non plus le plaisantin dans cette grande classique de l'hiver. Mais il a perdu l'équilibre à la réception du saut de la Tête de chien, l'un des emblèmes de cette descente qui se court depuis 1930, et est allé s'encastrer dans les filets, avec pour tout dégât, un bâton cassé.

Flashé sur la portion de glisse à 161,9 km/h, le Français Johan Clarey a fait sensation en s'emparant ainsi du record de vitesse du ski alpin de compétition que le Suisse Carlo Janka, déjà décoiffant la veille avec sa pointe à 158,77 km/h, aura gardé moins de 24 heures.

"J'ai le record de vitesse, cela c'est la nouvelle de la journée!", a dit le Savoyard, en plaisantant. "C'est anecdotique mais je suis super content. Et je pense que je vais le garder un moment."

stp/bm