NOUVELLES
19/01/2013 10:52 EST | Actualisé 21/03/2013 05:12 EDT

Arabie: s'attaquer aux problèmes économiques à l'origine du Printemps arabe

Le ministre saoudien des Affaires étrangères Saoud Al-Fayçal a souligné samedi la nécessité de s'attaquer aux difficultés économiques des pays arabes, à l'origine des révoltes du Printemps arabe, à l'ouverture à Ryad d'une réunion préparatoire à un sommet économique régional.

"Le monde arabe a connu ces deux dernières années des bouleversements qui ont pris une dimension politique (...), mais nous ne pouvons pas ignorer leur dimension économique", a dit le prince Saoud, dont le riche pays pétrolier a été relativement à l'abri des soulèvements ayant emporté trois chefs d'Etat arabes.

"Notre réunion ne doit pas être une rencontre de routine car elle traite de questions et de problèmes qui concernent la vie de nos peuples", a-t-il ajouté.

"Nous devons nous hisser dans nos décisions au niveau des aspirations des peuples", a-t-il encore dit lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères et de l'Economie des pays membres de la Ligue arabe.

Le sommet économique arabe, prévu lundi et mardi à Ryad, devra discuter notamment d'un amendement à la convention arabe unifiée sur l'investissement, appelé, selon lui, à "renforcer le rôle du secteur privé" en matière de développement.

Il a ajouté que le sommet devrait examiner les possibilités de "réunir de nouvelles ressources (financières) pour soutenir les pays arabes les moins nantis".

En 2011, le taux de chômage s'élevait à 16% dans le monde arabe, et les investissements interarabes ne dépassaient guère la barre des 25 milliards de dollars, selon un récent rapport du Conseil économique et social arabe.

Au menu du sommet figure aussi le projet d'une grande zone franche arabe. L'idée a été lancée en 1996, avec l'espoir d'éliminer progressivement les barrières douanières et de créer à terme un marché commun entre les 22 Etats membres de la Ligue arabe.

aa/tm/cco