NOUVELLES
18/01/2013 07:20 EST | Actualisé 20/03/2013 05:12 EDT

Un Américain tué dans la crise des otages en Algérie (presse)

Un Américain a été tué et deux se sont échappés sains et saufs après la prise d'otages survenue dans un complexe gazier du sud algérien, rapportait vendredi la chaîne américaine NBC News, ajoutant que le sort de deux autres Américains était inconnu.

Ces cinq Américains faisaient partie des dizaines d'otages retenus sur le complexe par un groupe armé proche d'Al-Qaïda depuis mercredi, selon NBC, qui cite anonymement des responsables américains.

Les autorités américaines n'ont donné jusqu'à présent aucune précision sur le nombre de leurs ressortissants retenus en otages, tués ou libérés.

Un Américain qui s'est échappé du complexe --Mark Cobb-- a quant à lui déclaré à la chaîne CNN par SMS être "en sécurité" après s'être enfui avec des collègues algériens.

Plusieurs otages étrangers, sept selon les ravisseurs, se trouvaient toujours entre les mains du groupe armé vendredi soir après un assaut de l'armée algérienne contre le complexe gazier où il est retranché.

Plusieurs pays ont fait part de leur vive inquiétude pour leurs ressortissants pris en otage par un groupe qui dit agir notamment en représailles à l'intervention militaire française au Mali.

Une source de la sécurité, citée par l'agence algérienne APS, a dressé vendredi soir un bilan provisoire de l'assaut: 12 otages et 18 ravisseurs tués, et près d'une centaine d'otages --sur les 132 étrangers enlevés-- libérés, ainsi que 573 employés algériens.

Elle ne précise cependant pas le nombre et la nationalité des victimes étrangères, mais le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a fait état d'un Français parmi elles.

Un porte-parole du groupe armé, cité par l'agence de presse mauritanienne ANI, avait parlé jeudi de 34 otages étrangers tués dans l'assaut.

S'agissant du nombre d'otages étrangers encore entre les mains des ravisseurs, des sources au sein du groupe armé ont indiqué à ANI qu'ils étaient au nombre de sept: trois Belges, deux Américains, un Japonais et un Britannique.

La Belgique a cependant indiqué ne disposer d'aucun indice sur la présence de Belges parmi les otages.

oh/mdm/bdx