NOUVELLES
18/01/2013 02:41 EST | Actualisé 20/03/2013 05:12 EDT

Syrie : le Conseil de sécurité est divisé sur la question des crimes de guerre

Le Conseil de sécurité des Nations unies est divisé quant à la possibilité de porter devant la Cour pénale internationale (CPI) les rapports de crimes de guerre qui auraient été commis en Syrie, a révélé le président du Conseil.

Cinq nations membres du Conseil — la France, la Grande-Bretagne, le Luxembourg, l'Australie et la Corée du Sud — ont rendu publique une déclaration commune, vendredi, pressant l'organisme de transférer ce dossier à la CPI pour poursuivre en justice les présumés auteurs de crimes de guerre.

Toutefois, Masood Khan, président du Conseil et ambassadeur du Pakistan, a confié que les membres du Conseil ne parvenaient pas à s'entendre lors de délibérations à huis clos sur la stratégie à adopter.

Selon certains pays membres du Conseil, d'éventuelles procédures judiciaires de la CPI inciteront le président de la Syrie, Bachar el-Assad, à accentuer sa résistance.

Ceux-ci se sont exprimés sur la question après que Navi Pillay, la haut-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, ait révélé que la guerre civile en Syrie avait jusqu'à maintenant fait 60 000 victimes.