NOUVELLES
18/01/2013 10:11 EST | Actualisé 20/03/2013 05:12 EDT

Dure journée pour les sauteurs canadiens

« Ça continue demain », a commenté Sabrina Guérin, 19e des qualifications de la première épreuve de sauts à la Coupe du monde de ski acrobatique de Lake Placid.

Les propos de la Lavalloise résument bien la journée des sauteurs canadiens puisqu'aucun d'entre eux n'a atteint les rondes finales, vendredi.

Chez les hommes, l'Ontarien Travis Gerrits, le Montréalais Jean-Christophe André et le Gatinois Olivier Rochon ont tous les trois raté l'atterrissage de leur saut et ont terminé respectivement 19e, 29e et 31e.

Évitant la chute, Sabrina Guérin a tout de même vacillé à l'atterrissage de son saut, un périlleux arrière avec deux vrilles pour lequel elle a reçu 60,16 points. Ce ne fut pas suffisant pour se tailler une place parmi le top 12, obligatoire pour avancer en finale.

« J'ai manqué de vitesse et j'ai manqué de confiance dans ma sortie de saut, a admis l'athlète de 27 ans. J'ai perdu de la puissance ce qui a fait en sorte que j'ai réalisé un saut un peu plus petit que j'aurais voulu. J'ai été obligée de plier les jambes et l'atterrissage a été un peu en surprise. »

Le manque de vitesse de Guérin résulte peut-être des vents changeants qui soufflaient sur le Complexe olympique de sauts de Lake Placid dans l'après-midi. « Il ventait beaucoup, mais c'était quand même constant à l'entraînement. Nous nous sommes dit que s'il ventait autant en compétition, j'irais un peu plus conservateur, mais finalement, il était un peu moins fort. »

Des chutes pour André et Rochon

Chez les hommes, Jean-Christophe André et Olivier Rochon ont aussi eu de la difficulté à obtenir la vitesse voulue. Le premier a été plus rapide que prévu tandis que c'est le contraire pour le second. L'issue a toutefois été la même puisque les deux Québécois ont raté leur atterrissage.

« Je suis un peu déçu car j'avais un bon départ, mais j'ai mal jugé l'endroit où j'allais atterrir », a souligné André qui a mérité 78,16 points pour se classer 29e. « À l'entraînement, j'étais un petit peu plus lent. J'ai pris un peu plus de vitesse en qualifications. J'ai peut-être voulu en faire un peu trop. Je ne pensais pas avoir autant de rotation. »

Olivier Rochon a pour sa part obtenu 68,58 points, bon pour le 31e échelon. « J'ai voulu partir plus haut dans la piste qu'à l'entraînement afin de prendre plus de vitesse puisque ça collait un peu plus, mais ça n'a pas fonctionné. Dans les airs, j'ai pris la décision de rester droit le plus longtemps possible avant l'atterrissage, que je n'ai vu qu'au dernier moment. C'est ce qui m'a coûté une chute. »

À cette première épreuve comptant dans le processus de sélection olympique en vue des Jeux de Sotchi, Rochon visait une médaille. « C'était mon plan. C'est sûr que je suis un peu frustré, mais des chutes, ça arrive. Il faut se relever. Ça me motive encore plus pour demain », a expliqué celui qui avait raflé la médaille de bronze en Chine.

Les athlètes canadiens pourront profiter d'une soirée de repos avant d'attaquer une autre épreuve de la Coupe du monde de sauts, samedi, toujours à Lake Placid. « C'est l'avantage de ne pas nous qualifier pour les finales de ce soir. Nous pourrons nous reposer après une dure semaine d'entraînement », a confié Rochon.

« Le site est très différent des deux premières Coupes du monde de la saison, a-t-il expliqué. La piste est plus à pic à l'atterrissage alors il y avait des ajustements à faire. Lors de la première journée d'entraînement, je n'ai rien atterri, ce qui ne m'arrive jamais, et c'était le cas pour tous les sauteurs ici. C'était la première journée aujourd'hui où j'y arrivais comme du monde. J'étais confiant pour la compétition, mais la vitesse m'a joué des tours. »