NOUVELLES
18/01/2013 12:49 EST | Actualisé 20/03/2013 05:12 EDT

Coupe du monde - Super-combiné de Wengen: Pinturault élargit sa collection

Comme un glouton, le Français Alexis Pinturault a avalé les piquets pour s'adjuger vendredi son premier super-combiné en Coupe du monde de ski alpin, à Wengen, devant le grand maître de la discipline, le Croate Ivica Kostelic.

En embuscade à l'issue de la descente en matinée, alors 22e à plus de deux secondes des meilleurs, le skieur de 21 ans est parvenu à se hisser jusqu'à la première marche du podium grâce à un temps canon dans la manche du slalom dans l'après-midi.

Au final, un bel écart, 1 sec 15/100e, le sépare de Kostelic, le roi de Wengen avec ses six victoires, un roi certes mais vieillissant (33 ans) et souffrant des genoux, qu'il aimerait bien éviter d'opérer une énième fois.

"Il fallait essayer de limiter la casse dans la descente et faire une grosse manche en slalom", a raconté Alexis Pinturault. Ce qu'il fit à la lettre, lui qui aime bien dévaler le pied sur l'accélérateur.

"C'est l'une de mes plus belles manches, avec ma deuxième manche à Val d'Isère, car elle m'a permis d'aller chercher la victoire avec une sacrée avance au final et en plus, elle était sans faute", a ajouté Pinturault, faisant référence à son succès tonitruant en slalom dans la station savoyarde en décembre.

Si les spécialistes de la vitesse, l'Italien Christof Innerhofer en tête, avaient pris sans surprise les devants au terme de la descente, ils n'ont pu rivaliser entre les piquets sur une piste de plus en plus marquée face à deux as du slalom comme Pinturault et Kostelic.

Seul Carlo Janka, qui avait remporté l'épreuve en 2009, a pu faire sa place sur le podium, mettant fin à la disette de l'équipe suisse masculine.

En bonus, Pinturault aura son nom sur un télésiège dans la station au charme d'outre-temps, qui a décidé de rendre ainsi hommage à tous ses vainqueurs. "C'est une petite touche particulière qui fait chaud au coeur", a estimé le Français, qui affiche, à 21 ans, déjà trois victoires au compteur en Coupe du monde.

Dans ce décor magique, il aurait bien envie de faire comme son coéquipier Jean-Baptiste Grange, auteur d'un doublé super-combiné et slalom en 2008, ou Kostelic en 2011 et 2012.

La course avait d'ailleurs un petit air de passage de témoin entre la petite perle du ski français, repérée déjà depuis deux ans par tous les grands, et le vainqueur de la Coupe du monde générale 2011, qui avait enlevé les deux derniers super-combinés dans la station suisse.

"Il est en pleine ascension. On le verra beaucoup à l'avenir", a prévenu Kostelic. Le double vice-champion olympique de Vancouver, l'un des rares à disputer les cinq disciplines, apprécie de voir le Français s'affirmer comme un véritable polyvalent, avec déjà des podiums dans toutes les spécialités, sauf en descente.

"C'est bien que Marcel Hirscher ait un solide opposant", a estimé "Maître" Kostelic. Car le circuit sait bien que le jeune Français, sauf accident, bataillera tout bientôt pour le grand globe de cristal avec l'Autrichien de 23 ans, le patron du classement général de la Coupe du monde.

stp/jr