NOUVELLES
18/01/2013 11:32 EST | Actualisé 20/03/2013 05:12 EDT

Bahreïn: la police disperse des manifestants à coups de gaz lacrymogène

La police bahreïnie a tiré vendredi des gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants chiites qui scandaient des slogans anti-régime dans les rues de Manama, selon des témoins.

La manifestation a coïncidé avec la finale de la Coupe du Golfe des nations, qui s'est achevée vendredi soir au Bahreïn.

"A bas (le roi) Hamad" ont scandé les manifestants qui ont essayé de marcher en petits groupes dans les rues du centre de Manama, où la police anti-émeutes avait été déployée, faisant usage de gaz lacrymogènes et de grenades assourdissantes et arrêtant plusieurs manifestants, dont au moins une femme, selon des témoins.

La manifestation de Manama a été organisée par le mouvement des "Jeunes du 14 février", une coalition de l'opposition qui appelle régulièrement sur internet à la tenue de ce type de rassemblement.

Des protestataires se sont également rassemblés dans des villages autour de la capitale où ils ont brûlé des pneus, n'ayant pas réussi à rejoindre la capitale en raison d'un important dispositif sécuritaire, ont indiqué à l'AFP d'autres témoins.

Le ministère de l'Intérieur avait annoncé jeudi que les manifestations n'avaient pas été autorisées, indiquant que les forces de sécurité allaient empêcher leur tenue.

Petit royaume du Golfe dirigé par la monarchie sunnite des al-Khalifa, Bahreïn est secoué depuis février 2011 par un mouvement de contestation animé par des chiites, majoritaires au sein de la population.

Malgré la répression meurtrière des manifestations à Manama de la mi-février à la mi-mars 2011, des rassemblements continuent d'avoir lieu régulièrement dans les villages chiites autour de la capitale.

Selon la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), au moins 80 personnes ont été tuées depuis le début de la contestation.

L'opposition insiste sur le départ du Premier ministre et sur la formation d'un gouvernement dirigé par une personnalité issue de la majorité parlementaire.

bur-ak/tg/vl