Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Pas d'armes en public avant les élections en Philippines

L'interdiction de porter des armes à l'extérieur de la maison est entrée en vigueur dimanche aux Philippines et se poursuivra pendant 150 jours. Les autorités veulent ainsi tenter de prévenir la violence qui pourrait éclater dans l'attente des élections générales qui auront lieu le 13 mai prochain.

L'interdiction suspend tous les permis de port d'armes à feu dans les espaces publics et n'exempte que les autorités, les militaires en service, la police ou les citoyens faisant face à une menace.

Quiconque contrevient à la loi pourrait écoper de six ans de prison.

Les armes sont très répandues aux Philippines, et les rivalités électorales sont souvent meurtrières. La présence de sociétés militaires privées et de plus de 1 million d'armes non enregistrées alimente les craintes liées à une explosion de la violence, affirment les autorités.

En 2009, la rivalité entre deux clans de la province de Maguindanao, dans le sud des Philippines, a entraîné les turbulences électorales les plus violentes de l'histoire du pays. Au total, 58 personnes, dont 32 membres des médias, avaient été tuées par arme.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.