Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le ministre irakien des Finances échappe à un attentat à la bombe

Le ministre irakien des Finances, Rifaa Al-Issawi, a échappé dimanche à une tentative d'assassinat. Une bombe a explosé au passage du convoi du ministre, au cœur d'une querelle politique avec le premier ministre Nouri Al-Maliki.

L'explosion, qui n'a fait aucun blessé dans l'entourage du ministre, a eu lieu entre Falloujah et Abou Ghraib, à l'ouest de Bagdad, ont précisé à l'Agence France-Presse des responsables des services de sécurité, sous couvert de l'anonymat.

Cet attentat intervient en pleine crise politique en Irak. Depuis trois semaines, le pays a connu de nombreuses manifestations antigouvernementales dans des zones majoritairement sunnites, contre le gouvernement de Nouri Al-Maliki, un chiite.

Les opposants accusent le premier ministre de les mettre sur la touche. Ils réclament la libération de prisonniers ainsi que l'abrogation des lois antiterroristes dont ils estiment faire les frais.

Le mouvement de contestation sunnite a démarré après l'arrestation, le 20 décembre, de neuf gardes de M. Issawi, un sunnite membre du bloc laïque Iraqiya. Cette formation soutenue par la communauté sunnite fait partie du gouvernement, mais elle est très critique envers M. Maliki.

Le premier ministre est également contesté par le puissant chef radical chiite Moqtada Al-Sadr, dont le mouvement compte 40 députés et cinq ministres.

Ces tensions politiques ont lieu à quelques mois seulement des élections locales, prévues en avril.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.