NOUVELLES
11/01/2013 10:21 EST | Actualisé 13/03/2013 05:12 EDT

Wall Street hésite face à une salve d'indicateurs contrastés

Wall Street restait proche de l'équilibre à l'ouverture vendredi, les investisseurs hésitant face à une salve d'indicateurs contrastés d'Asie, d'Europe ou des Etats-Unis et après les bons résultats de Wells Fargo: le Dow Jones lâchait 0,15% et le Nasdaq gagnait 0,05%.

Vers 14H50 GMT, le Dow Jones Industrial Average perdait 20,74 points à 13.450,48 points tandis que le Nasdaq, à dominante technologique, avançait de 1,49 point à 3.123,25 points.

L'indice élargi Standard and Poor's 500, qui avait terminé la veille à un plus haut en cinq ans, reculait de 0,16% (-2,29 points), à 1.469,83 points.

La Bourse de New York avait fini la séance en hausse jeudi, aidée par l'excédent commercial de la Chine et par la performance des valeurs bancaires et technologiques: le Dow Jones avait pris 0,60% à 13.471,22 points et le Nasdaq 0,51% à 3.121,76 points.

Les investisseurs restaient en retrait vendredi, "digèrant une pléthore d'indicateurs macro et microéconomiques", ont remarqué les analystes de Charles Schwab.

L'accélération des prix à la consommation en décembre en Chine "a refroidi les attentes de mesures de soutien à la deuxième économie mondiale", Pékin ayant fait de la lutte contre l'inflation l'une des ses priorités, ont-ils noté.

La mise en place par le gouvernement conservateur japonais de Shinzo Abe d'un plan de soutien économique d'une ampleur de 175 milliards d'euros afin de sortir le pays de l'ornière en stimulant l'activité, apportait toutefois un soutien au marché.

Pour Patrick O'Hare, de Briefing.com, la rechute de la production industrielle espagnole en novembre, qui a reculé de 7,2% sur un an, et la progression de seulement 0,3% de la production industrielle au Royaume-Uni sur la même période participaient aussi "au manque d'enthousiasme du marché".

De l'autre côté de l'Atlantique, le déficit commercial des Etats-Unis a bondi en novembre pour atteindre son niveau le plus élevé en sept mois sous l'effet d'importations de biens de consommation d'un montant record.

Cela "devrait avoir un impact négatif sur le PIB au quatrième trimestre", selon M. O'Hare.

Les investisseurs recevaient enfin les chiffres, meilleurs que prévu, de la première banque américaine à publier ses résultats trimestriels, Wells Fargo, avec scepticisme, ce qui faisait reculer l'ensemble des valeurs financières.

Le marché obligataire reculait. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans évoluait à 1,917% contre 1,894% jeudi, et celui à 30 ans à 3,098% contre 3,079% la veille.

jum/ppa/mdm