NOUVELLES
11/01/2013 06:37 EST | Actualisé 13/03/2013 05:12 EDT

Une série d'attentats fait au moins 120 morts au Pakistan

QUETTA, Pakistan - Le bilan de la série d'attentats qui a frappé le Pakistan jeudi est passé à 120 morts vendredi.

Cinq autres personnes qui avaient été blessées lors d'une attaque dans une salle de billard de Quetta, dans le sud-ouest du pays, ont succombé à leurs blessures, gonflant le bilan de cette seule attaque à 86 morts.

La salle de billard de Quetta, capitale de la province du Baloutchistan, a été touchée par deux explosions survenues à environ cinq minutes d'intervalle jeudi soir. La plupart des victimes sont des musulmans chiites, d'après un responsable de la police, Mohammed Murtaza.

Plusieurs personnes qui se sont précipitées sur les lieux après la première explosion ont été touchées par la deuxième, qui a provoqué l'effondrement de l'édifice, a dit M. Murtaza.

Des policiers, des journalistes et de secouristes qui s'étaient rendus sur place après la première explosion font partie des victimes, d'après la police.

Le groupe extrémiste Lashkar-e-Jhangvi a revendiqué la responsabilité de l'attaque dans un appel à des journalistes pakistanais.

L'un des porte-parole du groupe, Bakar Saddiq, a déclaré que la première explosion avait été menée par un kamikaze et que la deuxième avait été provoquée par une bombe placée dans une voiture et déclenchée à distance.

Les groupes radicaux sunnites du Pakistan visent souvent la minorité chiite, qu'ils jugent hérétique.

Plus tôt dans la journée, un attentat à la bombe visant des paramilitaires dans un secteur commercial de Quetta avait fait 12 morts et plus de 40 blessés, d'après un responsable de la police, Hamid Shakeel.

L'Armée baloutche unie, un groupe séparatiste, a revendiqué la responsabilité de l'attaque contre les soldats paramilitaires.

Ailleurs au Pakistan, une bombe a explosé dans une mosquée sunnite bondée de Mingora, dans le nord-ouest du pays, faisant 22 morts et plus de 70 blessés, selon un haut responsable de la police, Akhtar Hayyat.

L'explosion à Mingora n'a pas été revendiquée.