NOUVELLES
11/01/2013 11:18 EST | Actualisé 13/03/2013 05:12 EDT

Un Palestinien tué par des tirs israéliens dans le nord de la bande de Gaza (urgences)

Un Palestinien âgé de 20 ans a été tué et un autre blessé vendredi par des tirs israéliens à l'est de Jabaliya, dans le nord de la bande de Gaza, ont indiqué les services des urgences du territoire palestinien gouverné par le Hamas.

Selon un porte-parole des urgences, Achraf al-Qoudra, les deux hommes, dont un agriculteur, ont été touchés par des tirs à balles réelles près de la frontière avec Israël.

"Cet après-midi, des dizaines de Palestiniens se sont approchés de la barrière de sécurité (entre Israël et la bande de Gaza) dans une zone interdite d'accès", a déclaré à l'AFP un porte-parole de l'armée israélienne.

Selon lui, "les soldats leur ont demandé de faire demi-tour sans succès et ont alors ouvert le feu conformément aux règles d'engagement".

Un Palestinien qui tentait d'endommager la clôture frontalière a été touché à la jambe, a précisé une source militaire.

Il s'agit du troisième Palestinien tué par l'armée israélienne dans la bande de Gaza depuis la conclusion d'une trêve le 21 novembre. Les hostilités du 14 au 21 novembre avaient coûté la vie à 177 Palestiniens et six Israéliens, en majorité des civils, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources médicales.

Le 23 novembre, des soldats israéliens avaient ouvert le feu sur des habitants de Khouzaa, près de Khan Younès (sud), qui s'étaient approchés de la frontière, tuant l'un d'eux, âgé de 20 ans, et faisant 19 blessés.

Le mouvement palestinien Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, avait dénoncé "une violation de la trêve" et annoncé qu'il en saisirait l'Egypte, médiatrice de la trêve.

Le 1er décembre, un Palestinien de 21 ans touché la veille par des tirs israéliens sur des terres agricoles près de la frontière, à l'est de Rafah (sud), avait succombé à ses blessures.

Aux termes de l'accord de cessez-le-feu, Israël -- qui a décrété une "zone tampon" de plusieurs centaines de mètres dans la bande de Gaza, le long de la frontière --, avait permis aux agriculteurs de revenir y cultiver leurs terres.

Israël interdisait l'accès à cette "zone tampon" aux Palestiniens sous peine d'ouvrir le feu.

Il a également consenti à alléger son blocus maritime en autorisant les pêcheurs à aller jusqu'à 6 milles nautiques, au lieu de 3 jusqu'alors (environ 11 km au lieu de 5,5).

Depuis l'entrée en vigueur de la trêve, "Israël a permis aux Palestiniens d'accéder à des zones jusqu'à 300 mètres de la barrière, les agriculteurs étant autorisés à venir à pied jusqu'à 100 mètres", selon le dernier rapport hebdomadaire du Bureau de coordination des Affaires humanitaires de l'ONU (Ocha), qui relève néanmoins des incidents répétés à la frontière.

az-agr-dms/feb