NOUVELLES
11/01/2013 11:45 EST | Actualisé 13/03/2013 05:12 EDT

Un juge autorise la vente d'activités d'Aveos à Lockheed Martin

PC

MONTRÉAL - La liquidation d'Aveos Fleet Performance tire à sa fin et une nouvelle entité sera sous peu mise sur pied, maintenant qu'un tribunal québécois a autorisé la vente des derniers actifs d'importance de la société d'entretien et de réparation d'avions.

Le juge Mark Schrager, de la Cour supérieure du Québec, a statué vendredi qu'une filiale du géant américain Lockheed Martin pouvait acheter une partie de l'entreprise.

La filiale en question, Kelly Aviation Center, dont le siège social se trouve à San Antonio, au Texas, prévoit relancer les activités de la société en faillite au début du mois d'avril, à Montréal, et elle s'attend à embaucher une centaine de travailleurs d'ici la fin de l'année.

Une dizaine de personnes devraient être engagées lors des jours à venir afin de prendre part pendant trois mois au démarrage de l'entité, incluant le calibrage des machines, la mise à jour des locaux, l'embauche et la formation des employés, la recherche de clients ainsi que la mise en place de nouvelles activités.

«Nous sommes ravis (...) et nous sommes très excités par cette occasion à Montréal et la façon dont cela va contribuer aux capacités de Kelley et à l'offre à nos clients», a déclaré la vice-présidente de l'entreprise américaine, Amy Gowder, lors d'un entretien accordé depuis le Texas.

«Au total, je crois qu'une cinquantaine de personnes seront nécessaires, incluant la direction, au démarrage», a-t-elle dit.

«Nous voulons croître par étapes — à 100 d'ici la fin de l'année — et nous pourrions doubler cela en 2014 en fonction du succès du développement de nos activités et de nos contacts avec la clientèle», a ajouté Mme Gowder.

Le processus d'embauche sera précisé à la suite d'une rencontre entre des représentants de l'entreprise et du syndicat.

Les employés seront représentés par l'Association internationale des machinistes et des travailleurs de l'aérospatiale (AIMTA), qui a négocié une nouvelle convention collective à l'intention des travailleurs de Kelly Aviation Center à Montréal.

Mme Gowder a indiqué que les salaires seraient similaires à ceux qui étaient versés aux employés d'Aveos.

Le président général du syndicat, Fred Hospes, a affirmé que la vente signifiait que certains des travailleurs d'Aveos retrouveraient leur emploi.

«Il s'agit d'une excellente nouvelle pour nos membres, la province de Québec et l'industrie de l'aviation au Canada parce que nous maintenons cet élément essentiel au Canada ainsi que les emplois qui l'accompagnent», a-t-il déclaré plus tôt cette semaine.

Le géant américain de la défense et de l'aérospatiale a acheté l'équipement et l'édifice d'Aveos pour un montant qui n'a pas été dévoilé.

Lockheed avait tout d'abord prévu de verser environ 5 millions $ pour acheter certains outils et pièces d'équipement mis aux enchères par Maynards. La société a finalement consenti à ajouter davantage d'actifs pour accroître le prix d'achat.

Lockheed Martin Canada a racheté des outils et de l'équipement pour deux gammes de moteurs d'avion, ainsi que l'immeuble d'Aveos près de l'Aéroport international Montréal-Trudeau. Ces actifs permettront à Lockheed de travailler sur les modèles de moteurs CF34 et CFM56, qui font voler les avions régionaux d'Embraer et de Bombardier, ainsi que la famille d'avions A320 d'Airbus.

C'est la vente de ces actifs qui a été approuvée vendredi par la Cour supérieure du Québec.

Aveos est l'ancienne division des services techniques d'Air Canada (TSX:AC.B). Sa faillite, en mars 2012, a entraîné la perte de 2600 emplois au Canada, dont 1800 à Montréal.