NOUVELLES
11/01/2013 02:10 EST | Actualisé 12/03/2013 05:12 EDT

Plan de relance costaud au Japon

Coincé par une situation économique catastrophique, le gouvernement japonais a annoncé vendredi matin un plan de relance économique costaud de plusieurs dizaines de milliards de dollars.

Le gouvernement fraîchement élu du premier ministre Shinzo Abe compte investir plus de 10 000 milliards de yens, soit plus de 113 milliards de dollars. Une partie de cette somme sera utilisée pour dynamiser l'activité économique et combattre la déflation, notamment grâce au financement de grands travaux dans les régions du pays touchées par le tsunami de mars 2011. Pour ce faire, l'État devra recourir à l'emprunt.

Le gouvernement doit agir pour espérer extirper le pays d'une crise économique devenue chronique et qui dure depuis des années. Shinzo Abe, dont la victoire électorale de décembre dernier n'a pas laissé de doutes sur le désir de changement des électeurs, a déclaré qu'il « est extrêmement important de mettre un terme à la déflation prolongée et à la cherté du yen », deux éléments qui nuisent à la reprise économique.

Tokyo promet aussi de travailler main dans la main avec la banque centrale du Japon afin de mettre un frein à la baisse des prix, qui limite la progression des salaires, l'investissement et la consommation. M. Abe demande à l'institution d'accentuer sa politique d'assouplissement monétaire et de hausser son objectif d'inflation annuelle.

Le plan de relance, selon M. Abe, permettra la création de 600 000 emplois et fera croître le produit intérieur brut de 2 %. Les investissements seront notamment dédiés à la reconstruction du nord-est du pays, toujours gravement affecté par le tsunami. Les infrastructures vieillissantes du pays seront aussi remises en état. De l'aide financière sera octroyée aux PME et l'investissement privé sera facilité.

Les parlementaires voteront sur le plan le 28 janvier. Ils devront aussi adopter une hausse de plafond de l'endettement annuel.