NOUVELLES
11/01/2013 06:30 EST | Actualisé 13/03/2013 05:12 EDT

Meurtres en France: Tayyip Erdogan croit à une querelle intestine kurde

ANKARA, Turquie - Le premier ministre turc croit que les trois militantes kurdes assassinées à Paris ont été victimes d'une querelle interne, puisqu'un code de sécurité était nécessaire pour pénétrer dans l'édifice où elles ont été tuées.

Les trois femmes, dont la cofondatrice d'un groupe rebelle indépendantiste, ont été retrouvées mortes jeudi au moment où le leader emprisonné de leur organisation participe à des pourparlers de paix avec la Turquie.

Les kurdes tiennent la Turquie responsable des meurtres, tandis que les responsables turcs croient qu'il s'agit d'une querelle interne ou d'une tentative pour faire dérailler le processus de paix.

Le premier ministre Tayyip Erdogan a affirmé vendredi que les femmes devaient connaître leur tueur ou que celui-ci devait posséder le code d'accès pour pénétrer dans l'édifice, ce qui permet de conclure à une querelle intestine.