NOUVELLES
11/01/2013 02:15 EST | Actualisé 12/03/2013 05:12 EDT

Le turbo et l'espoir

Mercedes-Benz est le premier des constructeurs à dévoiler son moteur de 2014. C'est bien sûr un bloc turbocompressé V6 de 1,6 litre qui devrait être plus efficace en réaccélération que le moteur V8 actuel.

Le constructeur allemand croit qu'avec le retour du turbo, la F1 redonne de l'importance à la motorisation par rapport à l'aspect aérodynamique. Mercedes-Benz fait tourner ce moteur au banc à l'usine de Brixworth et peut déjà donner quelques indications qui rassureront les amateurs.

« Les moteurs seront plus bruyants que les moteurs V8 actuels, puisque le turbo tourne à 125 000 révolutions/minute (pour la même quantité de chevaux soit 750), mais ce sera un beau bruit, à une fréquence plus élevée », a expliqué Andy Cowell, directeur du bureau des moteurs haute performance de Mercedes-Benz, au magazine Autosport.

Voilà qui rassurera Bernie Ecclestone, qui avait dit qu'en F1, « le plus important, c'est le bruit des moteurs et Ferrari ». L'ingénieur croit que la F1 a tout à gagner du retour du turbo, que Renault avait réussi à imposer en F1 en 1979.

« On remet le moteur au coeur de la course, elles seront de meilleure qualité, croit l'ingénieur de Mercedes-Benz. Les pilotes devront réfléchir avant d'agir, car ils auront plus de puissance sous le pied en sortie de virage par rapport à l'appui disponible. C'est beaucoup plus amusant. »

Cela ferait plaisir à Enzo Ferrari qui disait à qui voulait l'entendre que « l'aérodynamique est pour les gens qui ne savent pas construire des moteurs ».

Les nouveaux moteurs seront moins énergivores. Ça permettra d'abaisser la quantité d'essence nécessaire pour faire la distance complète d'un Grand Prix (100 kg au lieu de 150 kg). Et les systèmes de récupération d'énergie (SREC) seront plus efficaces, avec un transfert d'énergie de 161 chevaux sur 33 secondes du tour, au lieu des 80 actuels sur 6,7 secondes du tour.

De quoi renouveler aussi la passion des amateurs qui apprécient les évolutions technologiques en F1. Finalement, tout le monde y gagnera, croit Andy Cowell. L'optimisme est de rigueur.

Rappelons que trois constructeurs fabriquent des moteurs nouvelle génération pour la saison 2014, soit Mercedes-Benz, Ferrari et Renault. Il n'y a pour l'instant aucun constructeur indépendant. Le programme PURE, bâti par Craig Pollock, a été arrêté en juin 2012 par manque de financement.