NOUVELLES
11/01/2013 03:19 EST | Actualisé 13/03/2013 05:12 EDT

Le pétrole termine en baisse à New York, souffrant de prises de bénéfices

Le pétrole a terminé en légère baisse vendredi à New York, plombé par des prises de bénéfices après une nette hausse la veille, en l'absence d'indicateurs économiques de poids susceptibles de donner un coup de fouet au marché du brut.

Le baril de référence pour livraison en février s'est replié de 26 cents, à 93,56 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"Les courtiers sont confrontés à une situation où le marché était bien trop vendu et aucune nouvelle n'a semblé en mesure de refaire partir le marché à la hausse", a noté Robert Yawger, de Mizuho Securities, rappelant que "les prix du WTI ont atteint un record sur plusieurs mois hier, à 94,70 dollars" en cours d'échanges.

Les prix du pétrole avaient été dopés jeudi par les chiffres bien meilleurs qu'attendu du commerce extérieur chinois, de bon augure pour la demande en brut du deuxième consommateur mondial.

En outre, le brut a été soutenu vendredi par la baisse du dollar, dans lequel sont libellés ses prix, ce qui le rendait plus intéressant pour les acheteurs munis d'autres monnaies.

"Mais mon impression est que les investisseurs se rendent compte que le marché est bien approvisionné, et qu'ils procèdent à des prises de bénéfices après une solide performance des trois dernières semaines", a relevé Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

Selon lui, "les cours des produits pétroliers auraient dû être bien plus faibles cette semaine, sachant que les chiffres des réserves de brut aux Etats-Unis ont montré une forte hausse du brut, et surtout de l'essence et des produits distillés" mercredi.

D'autre part, les hésitations et les faiblesses de Wall Street vendredi, dans un contexte d'indicateurs mondiaux contrastés et de signes décourageant les attentes de nouvelles mesures de stimulation de l'économie en Chine, ont emporté le brut dans leur sillage, a ajouté M. Yawger.

Le recul des cours était cependant limité, selon l'analyste, par la nouvelle de la remise en route vendredi de l'oléoduc Seaway, qui transporte le brut stocké à Cushing -- principal terminal pétrolier des Etats-Unis (dans l'Oklahoma, sud) -- vers les complexes de raffineries de la côte du Golfe du Mexique, après des travaux d'accroissement de ses capacités.

Les réserves d'or noir à Cushing, qui ont atteint plus tôt cette année des niveaux record, abritent le brut texan servant de référence au WTI, et l'abondance de ces stocks pénalise depuis plusieurs mois les cours du baril à New York.

ppa/sl/bdx