NOUVELLES
11/01/2013 06:32 EST | Actualisé 13/03/2013 05:12 EDT

Le ministère de l'Environnement sollicite la collaboration du Port

La relation entre le ministère du Développement durable et l'Environnement et le Port de Québec serait-elle sur le point de s'améliorer ? Le ministre Yves-François Blanchet a rappelé vendredi qu'il espère la pleine collaboration des autorités portuaires, qui ont signifié plus tôt cette semaine leur volonté de devenir un exemple en matière de développement durable.

Dans son bilan annuel présenté mardi, la direction du Port a fait son mea culpa dans le dossier de la poussière rouge, ce nuage de particules en provenance de son site qui s'est propagé en octobre dernier dans un quartier résidentiel voisin. La direction a dit qu'elle appliquera la tolérance zéro en ce qui a trait à la production de poussière lors des activités de transbordement. Le Port a aussi mentionné vouloir devenir un exemple en matière de développement durable.

Yves-François Blanchet espère que cette nouvelle affirmation permette d'améliorer la collaboration entre les deux parties.

« La relation entre les inspecteurs du ministère de l'Environnement et les autorités du Port de Québec n'ont pas toujours été au beau fixe, Il y a eu des résistances, il y a eu des cas plus difficiles et chaque délai, chaque obstacle qui est mis sur le chemin des gens du ministère va à l'encontre de la santé publique » estime-t-il.

Le ministre rappelle que le port et l'entreprise IMTT-Québec contestent devant les tribunaux l'autorité de son ministère dans la zone portuaire. « Je me questionne sur l'espèce de paradoxe qu'il y a entre le désir du port de Québec d'être exemplaire en terme d'environnement et la démarche qui est encore devant les tribunaux espérant que, dans le meilleur intérêt du public et de la santé publique, ça n'ait pas à se rendre jusque-là », ajoute le ministre.