NOUVELLES
11/01/2013 04:09 EST | Actualisé 13/03/2013 05:12 EDT

Le Boeing 787 "Dreamliner"

Le 787 "Dreamliner", qui fait l'objet d'une enquête "approfondie" des autorités américaines après une série d'incidents, est un biréacteur de 210 à 330 places, présenté comme plus économique que les modèles comparables actuels grâce à son taux élevé de matériaux composites.

Le programme du "Dreamliner", dont le premier exemplaire a été livré en 2011 à la compagnie japonaise ANA, avec plus de trois ans de retard, connaît depuis son lancement de très nombreux problèmes techniques.

Ce long courrier est proposé en trois versions: le 787-3, un moyen-courrier de 290 à 330 places, le 787-8, un long-courrier de 210 à 250 sièges, et le 787-9, un long-courrier d'une capacité de 250 à 290 passagers.

Le "Dreamliner" est construit à 50% en composites, plastiques de haute technologie comme la fibre de carbone. L'utilisation de ces matériaux légers permet selon Boeing de réduire de 20% la consommation de carburant par rapport à un appareil classique de même taille, et de décoller d'aéroports aux pistes plus courtes.

Il est également plus silencieux et émet moins de Co2 que des avions de technologies plus anciennes.

L'autonomie du 787-3 n'est que de 5.650 km, mais ce chiffre passe à 15.750 km pour le 787-9, performances comparables à celles du long-courrier 777 dont le 787 partage par ailleurs la vitesse de croisière, Mach 0,85 (900 km/h).

La construction du 787 obéit à une division du travail inédite entre des dizaines de sous-traitants et de sites à partir d'éléments en provenance à 75% des Etats-Unis, le reste venant du Japon (Mitsubishi, Matsushita, Kawasaki...) ou d'Europe (Thalès, Latécoère, Alenia, Saab...).

Il est équipé de moteurs General Electric et Rolls-Royce.

Le prix catalogue des 787 est fixé entre 146 et 200 millions de dollars.

Le constructeur ne cesse d'accélérer la cadence de production et est passé en novembre de 3,5 avions par mois à 5 avions par mois. L'objectif est de monter à 10 avions par mois fin 2013.

Quelque 800 avions ont été commandés à ce jour mais le constructeur a pâti de plusieurs dizaines d'annulations de commandes à cause des retards accumulés.

bur-ved/sl/sam