NOUVELLES
11/01/2013 06:59 EST | Actualisé 13/03/2013 05:12 EDT

La FAA a entrepris un examen du Boeing 787 à la suite d'incidents

WASHINGTON - La Federal Aviation Administration (FAA) des États-Unis a entrepris un examen approfondi de la conception, de la construction et de l'assemblage du Boeing 787, mais des responsables du gouvernement américain ont jugé l'appareil sûr en dépit des incidents survenus plus tôt cette semaine, incluant un incendie et une fuite de carburant.

L'administrateur de la FAA, Michael Huerta, a affirmé vendredi, lors d'une conférence de presse, que l'agence ne disposait d'aucune donnée lui permettant de croire que l'appareil ne soit pas sûr. L'agence cherche toutefois à savoir pourquoi les incidents ont eu lieu, a-t-il ajouté.

Le secrétaire aux Transports des États-Unis, Ray LaHood, est allé un peu plus loin. «Je crois que cet avion est sûr, et je n'aurais absolument aucune réserve à monter à bord de l'un de ces appareils et à effectuer un vol», a-t-il dit.

Le 787, auquel Boeing a donné le nom de Dreamliner, est l'appareil le plus récent et sophistiqué du constructeur. Plus que tout autre avion moderne, il dépend de signaux électriques permettant d'alimenter à peu près toutes ses fonctions. Il s'agit également du premier avion de Boeing à avoir recours à des batteries rechargeables au lithium-ion et à être fabriqué avec des matériaux composites légers au lieu d'aluminium.

Lundi, un incendie s'est déclaré dans le bloc-batterie d'un 787 vide de Japan Airlines à l'Aéroport international Logan de Boston. Il a fallu 40 minutes aux pompiers pour éteindre les flammes.

Également cette semaine, une fuite de carburant a retardé un vol d'un autre 787 de Japan Airlines entre Boston et Tokyo.

Vendredi, la société aérienne japonaise All Nippon Airways (ANA) a fait état de nouveaux problèmes avec ses 787. Ayumi Kunimatsu, porte-parole du transporteur, a indiqué qu'une petite quantité d'huile avait été découverte s'écoulant du moteur gauche d'un appareil lors d'un vol entre Miyazaki, dans le sud du Japon, et Tokyo. L'appareil est retourné à Miyazaki, mais à la suite de vérifications n'ayant révélé aucun risque pour la sécurité, il a effectué le vol prévu en direction de Tokyo.

ANA a indiqué qu'une vitre du cockpit d'un autre avion s'était fendue durant un vol vers Matsuyama, sur l'île de Shikoku, et que l'appareil avait été cloué au sol à des fins de réparation.

ANA a affirmé ne pas projeter d'inspections de ses appareils et avoir l'intention de poursuivre ses vols réguliers. Le transporteur a cependant indiqué qu'il suivrait les instructions de la FAA et des autres autorités.

Boeing affirme que les problèmes rencontrés par le 787 ne sont pas pires que ceux connus par le 777 au moment de son lancement, au milieu des années 1990. Le 777 est aujourd'hui l'un des appareils de Boeing les plus vendus, et il est très apprécié des sociétés aériennes.

«Tous les nouveaux avions commerciaux ont des problèmes au moment de leur mise en service», a déclaré Ray Conner, responsable de la branche d'aviation civile de Boeing, qui a pris part à la conférence de presse avec MM. Huerta et LaHood.

Boeing a livré 50 de ses 787 depuis la fin de 2011 et a des commandes pour près de 800 autres. Le constructeur compte accélérer sa production à 10 appareils par mois, d'ici la fin de l'année, pour répondre à la demande.