NOUVELLES
11/01/2013 06:43 EST | Actualisé 13/03/2013 05:12 EDT

Hausse importante de meurtres d'homosexuels au Brésil en 2012

Getty Images

RIO DE JANEIRO, 11 jan 2013 (AFP) - Les meurtres d'homosexuels et de transsexuels ont augmenté de 26% en 2012 au Brésil par rapport à 2011, avec 336 victimes, soit une toutes les 26 heures, a indiqué vendredi à l'AFP l'anthropologue, Luiz Mott, du Groupe Gay de Bahia (GGB).

"C"est choquant; pratiquement la moitié des meurtres de transsexuels dans le monde l'année dernière ont été commis au Brésil. Il y en a eu 128 contre 15 aux États-Unis par exemple", a souligné cet anthropologue, auteur de l'étude qui recense depuis 30 ans ce type de crimes au Brésil.

L'étude annuelle du GGB détaille que 188 gays, 128 transsexuels, 19 lesbiennes et deux bisexuels ont été tués en 2012. La majorité des victimes (152) a été recensée dans le nord-est du pays.

Ces 336 meurtres en 2012 représentent une hausse de 177% par rapport à la moyenne des sept dernières années (de 110 meurtres annuels).

"Le plus choquant aussi, c'est le degré d'impunité. Dans plus de 70% des cas, le meurtrier n'a pas été identifié", a ajouté M. Mott.

La majorité des victimes (152) a été recensée dans le nord-est du pays.

"La région nord-est est de loin la plus homophobe du Brésil", a dit M. Mott.

Ces meurtres sont selon lui, le "reflet de la violence généralisée et de l'homophobie culturelle".

"Ici, à Salvador de Bahia et la banlieue (nord-est) on recense 20 homicides par week-end et les homosexuels sont parmi les personnes les plus vulnérables. En raison du machisme et des préjugés, beaucoup d'hommes tuent des homosexuels, imprégnés qu'ils sont de l'idéologie selon laquelle les gays sont lâches et que les juges seront indulgents", a-t-il dit.

En dépit de ces données alarmantes, le projet de loi de pénalisation de l'homophobie fait face à la résistance des groupes évangéliques et catholiques et dort depuis des années dans un tiroir au Parlement.

"Au Brésil, il faut des politiques publiques pour combattre le problème. Il faut adopter la loi contre l'homophobie comme celle qui a été adoptée contre le racisme", a dit M. Mott, ex-président du GGB.