NOUVELLES
11/01/2013 06:06 EST | Actualisé 13/03/2013 05:12 EDT

Des Palestiniens installent des tentes dans un projet de colonie israélien

Des Palestiniens ont dressé vendredi des tentes sur le site d'un projet de colonisation israélien particulièrement controversé en Cisjordanie, recourrant à la "résistance non violente" pour protester contre l'occupation et la colonisation israélienne.

"Nous avons installé 20 tentes et nous avons assez d'équipements pour rester longtemps", a déclaré à l'AFP l'une des organisatrices, Abir Kopty, précisant que ce camp, installé sur le site du projet E1, au nord-est de Jérusalem, était baptisé "Village de Bab al-Chams" et rassemblait 200 personnes.

Un porte-parole de l'administration militaire israélienne a indiqué à l'AFP que des ordres d'expulsion avaient été distribués aux personnes présentes sur le site. Il a estimé que l'initiative relevait probablement de la "provocation".

"Cette initiative est très innovante et constitue un moyen légitime et non violent de protéger notre terre contre les plans coloniaux israéliens", s'est félicitée pour sa part Hanane Achraoui, membre de la direction de l'OLP, dans un communiqué.

"Il s'agit d'un effort collectif initié par la société civile, comprenant des organisations de jeunesse, sociales et politiques, qui se sont unies pour défendre les droits des propriétaires de cette terre de l'utiliser comme bon leur semble. Nous soutenons totalement et encourageons la résistance populaire non violente contre l'occupation israélienne dans l'ensemble de l'Etat de Palestine", a-t-elle ajouté.

Le gouvernement israélien a annoncé la relance du projet E1, gelé depuis 2005 sous pression américaine, à titre de représailles contre l'accession le 29 novembre de la Palestine au statut d'Etat observateur à l'ONU, considérant cette démarche comme contraire aux accords signés avec les Palestiniens.

La communauté internationale a condamné le projet E1, qui relierait l'implantation israélienne de Maalé Adoumim à des quartiers de colonisation juive à Jérusalem-Est et couperait en deux la Cisjordanie, compromettant la viabilité d'un Etat palestinien.

Par ailleurs, des colons de l'implantatation sauvage d'Esh Kodesh, dans le nord de la Cisjordanie, ont arraché 200 oliviers appartenant au village de Qousra, selon des sources de sécurité palestiniennes et des témoins.

Un porte-parole militaire israélien a confirmé à l'AFP "avoir connaissance d'environ 200 arbres endommagés par des colons à cet endroit".

La communauté internationale considère comme illégales toutes les colonies israéliennes et ne reconnaît pas l'annexion en 1967 de Jérusalem-Est, où les Palestiniens veulent établir la capitale de l'Etat auquel ils aspirent.

Le président palestinien Mahmoud Abbas exige pour reprendre les négociations de paix, suspendues en septembre 2010, un gel de la colonisation. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dit vouloir des négociations "sans conditions préalables", leur fixant pour objectif la reconnaissance d'Israël comme "Etat du peuple juif" et excluant tout partage de Jérusalem.

sy-jjm-str-dms/cco