POLITIQUE
11/01/2013 02:40 EST | Actualisé 13/03/2013 05:12 EDT

CUSM: Arthur Porter nie toutes irrégularités

PC Archives

L'ex-directeur général du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), le Dr Arthur Porter, répond aux nombreuses allégations de malversation qui pèsent sur lui depuis son départ précipité en 2011 pour les Bahamas. Le principal responsable du chantier du mégahôpital anglophone nie toutes irrégularités dans sa gestion du CUSM. Tout au plus, dit-il, quelques ego ont pu être froissés par son style de gestion direct.

Dans une rare entrevue accordée jeudi à un journal local des Bahamas, Tribune 242, le Dr Arthur Porter a rejeté toutes les allégations de fraude ou de malversation qui pèsent contre lui, les qualifiant de «fausses».

De nombreuses zones d'ombre entourent l'administration du Dr Porter entre 2004 et 2011. En décembre dernier, le rapport Baron dévoilait que le déficit anticipé du CUSM pour l'année 2012-2013 est passé de 12 millions$ à 115 millions$. En novembre, l'Unité permanente anticorruption (UPAC) a également arrêté l'ex-président de SNC-Lavalin Pierre Duhaime pour fraude et usage de faux dans le cadre de l'allocation d'un contrat pour la construction du CUSM.

Au cours de l'entrevue, Arthur Porter s'est même félicité pour la mise en chantier du CUSM, dont la construction avance à grands pas. «L'hôpital était sur les planches à dessin depuis plus de 17 ans. Ils ne pouvaient le faire avant mon arrivée, mais je suis quelqu'un qui dérange [«I am a bit of a ball buster»]. Je ne prends pas de prisonniers et j'obtiens des résultats et peut-être que je n'étais pas le gars le plus populaire parce que les sentiments de certaines personnes ont pu être heurtés, mais ils voulaient un hôpital et ils auront le meilleur hôpital au monde», dit-il dans l'entrevue au Tribune 242.

Aujourd'hui établi à Nassau, aux Bahamas, où il dirige un centre de traitements contre le cancer, Arthur Porter estime que ses nombreuses occupations professionnelles en dehors du CUSM ont pu nuire à son image à Montréal. Il explique qu'il possède des entreprises en Afrique et en Europe, en plus des Bahamas, mais que la direction du CUSM était au courant au moment de son embauche.

Par ailleurs, Arthur Porter affirme dans la même entrevue qu'il souffre d'un cancer. L'oncologue de formation explique qu'il s'est lui-même diagnostiqué la maladie cette semaine à la suite d'une biopsie. Les détails de sa maladie n'ont pas été révélés.