POLITIQUE
11/01/2013 12:21 EST | Actualisé 13/03/2013 05:12 EDT

Canada: des Amérindiens manifestent à Ottawa pour leurs droits (VIDÉO)

OTTAWA (AFP) - Plusieurs centaines d'Amérindiens canadiens ont manifesté vendredi à Ottawa pour défendre leurs droits, tandis que le Premier ministre Stephen Harper a rencontré des chefs autochtones, dont une partie a boycotté la réunion.

Theresa Spence, la chef d'Attawapiskat, une petite communauté du nord de l'Ontario, qui poursuit une grève de la faim depuis un mois faisant d'elle la figure de proue du mouvement "Idle No More" (Nous ne sommes plus passifs), a notamment refusé de rencontrer le chef du gouvernement.

Elle l'a réaffirmé vendredi matin devant le tipi où elle vit désormais à Ottawa, près du parlement fédéral.

Mme Spence demande que le Gouverneur général David Johnston, représentant de la Couronne britannique, participe à la rencontre aux côtés du Premier ministre, et que la réunion accueille tous les chefs amérindiens et non seulement quelques-uns.

"Nous leur offrons une occasion de régler les promesses non tenues des traités. Et tout ce que nous leur demandons est de tenir cette réunion et de s'asseoir avec nous", a-t-elle dit.

Rassemblés d'abord autour de son tipi, les manifestants ont marché jusqu'au parlement fédéral, distant d'un kilomètre, au son de leurs tambours traditionnels et portant les drapeaux multicolores de leurs tribus.

Ils ont été rejoints par plusieurs centaines de personnes rassemblées dans les rues environnantes.

De leur côté, les chefs amérindiens du Manitoba et de l'Ontario (centre) ont fait monter la tension en demandant que le Premier ministre et le Gouverneur général viennent les voir ensemble dans un hôtel d'Ottawa --et non dans un bâtiment officiel où la rencontre doit se tenir--, faute de quoi ils bloqueraient les routes et les chemins de fer à partir du 16 janvier.

Le grand chef du Manitoba, Derek Nepinak, a menacé de "mettre l'économie canadienne à genoux" si les demandes des autochtones ne sont pas entendues.

Une partie des redevances

"Nous avons des guerriers qui se lèvent maintenant, qui sont prêts à aller jusque-là", a-t-il ajouté.

Le chef national des autochtones, Shawn Atleo, à la tête de l'Assemblée des Premières nations, qui doit, lui, participer à la rencontre avec M. Harper, a dit qu'il lui demanderait un engagement "à long terme" pour répondre aux préoccupations des Amérindiens.

Des manifestations étaient également prévues à Montréal et à Winnipeg (Manitoba).

Les autochtones exigent une discussion de fond sur le respect des droits inscrits dans les traités signés avec la Couronne et les conditions de vie dans les quelque 600 réserves du pays.

Ils voudraient recevoir une partie des redevances que générera dans les années à venir l'exploitation de matières premières sur leurs territoires, dont le développement devrait attirer des investissements de 650 milliards de dollars.

Ils réclament l'abrogation d'articles de lois votés l'an dernier qui, selon eux, affaiblissent la protection de l'environnement et sur lesquels ils affirment ne pas avoir été consultés.

Une "grande rencontre" entre le gouvernement de M. Harper et les autochtones s'était tenue il y a un an, le 24 janvier 2012, à Ottawa. Elle était censée marquer un début de dialogue, mais des résultats concrets se font toujours attendre.

La publication récente dans les médias d'un rapport sur les finances de la réserve de Mme Spence, Attawapiskat, révélant que de nombreuses dépenses n'étaient pas bien justifiées, a ajouté à la méfiance entre les deux parties, les Amérindiens y voyant une manoeuvre destinée à les discréditer.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Les Premières nations manifestent à Ottawa Voyez les images