NOUVELLES
09/01/2013 01:49 EST | Actualisé 11/03/2013 05:12 EDT

Bains en résidences: une réglementation pour abaisser la température de l'eau

Alamy

MONTRÉAL - Afin de protéger les aînés contre les risques de brûlures, une nouvelle réglementation a été adoptée par Québec pour abaisser la température de l'eau chaude dans les résidences privées et établissements de soins.

Le président de l'Association québécoise de défense des droits des retraités (AQDR), Louis Plamondon, parle d'une importante victoire, obtenue après trois ans de représentations auprès du gouvernement.

Entre 2000 et 2012, 24 personnes de 65 ans et plus sont mortes des suites de brûlures par l'eau chaude. Plusieurs cas de négligence, de brûlures et d'hospitalisations ont été rapportés en lien avec de l'eau trop chaude lors de bains ou de douches.

Plusieurs raisons viennent expliquer pourquoi les personnes âgées sont plus susceptibles de subir des brûlures: leur peau est plus mince, elles sont plus sujettes aux chutes et leurs réflexes sont amoindris.

Louis Plamondon espère que la nouvelle réglementation, confirmée par la ministre du Travail, Agnès Maltais, et annoncée dans la Gazette officielle du Québec durant la période des Fêtes, s'appliquera largement.

Même son de cloche du côté du Conseil de la protection des malades. L'avocat Gabriel Dupuis estime que limiter la température de l'eau est une avenue intéressante, mais qu'elle ne remplacera jamais la vigilance des préposés aux soins.

«Ça ne réglera pas tous les problèmes, mais l'ajout d'un moyen technique permettra au moins d'éviter certains cas. Et puisque chaque vie humaine compte, la mesure reste utile, mais le personnel devra tout de même demeurer vigilant», a mentionné l'avocat.

En vertu de la nouvelle réglementation, un dispositif devra être installé sur les réservoirs d'eau chaude pour limiter à 43 degrés la température de l'eau, actuellement fixée à 49 degrés.

Cette mesure est réclamée non seulement par les associations de retraités, mais aussi par certains experts médicaux et légistes.

«Les coroners recommandent ces mitigeurs ou mélangeurs d'eau chaude et eau froide depuis longtemps. C'est une avancée très importante pour la sécurité des aînés», a dit Louis Plamondon.

Il a toutefois souligné qu'il ne faut pas limiter aux CHSLD et aux résidences privées cette exigence d'installer des dispositifs.

«Plusieurs aînés vivent dans des HLM ou des résidences sans but lucratif et sans services et ils demeureront exposés à des risques. Le problème, il existe partout où il y a des aînés», a dit le président de l'AQDR.

Le règlement entre en vigueur le 11 février. La Régie du bâtiment accordera un délai d'un an pour permettre aux propriétaires de se conformer et d'installer un dispositif de limitation de la température de l'eau chaude. Dans les cas où ces dispositifs sont déjà en place, un délai de 45 jours sera alloué pour corriger la température maximale.

Il importe aussi de préciser que c'est aux robinets que doivent être placés ces dispositifs et non par un abaissement de la température de l'eau dans les chauffe-eau, afin d'éviter une augmentation des risques d'infections liées à la présence de bactéries dans les systèmes d'alimentation en eau chaude.