DIVERTISSEMENT
09/01/2013 03:55 EST | Actualisé 11/03/2013 05:12 EDT

L'Opéra de Montréal modifie sa campagne après les critiques de Marc Hervieux

Opéra de Montréal

MONTRÉAL - Les récriminations du ténor québécois Marc Hervieux auront été entendues. L'Opéra de Montréal a annoncé mercredi qu'il modifiait sa campagne qui montrait des mannequins jeunes et minces sur les affiches des productions plutôt que les chanteurs tenant les rôles principaux.

Ainsi, en plus de l'affiche de «La Chauve-Souris» mettant en vedette Marc Hervieux, celles de deux autres spectacles, «Dead Man Walking» et «Manon», seront modifiées.

M. Hervieux, qui avait fait part publiquement de son désaccord et refusé de chanter pour des répétitions, s'est dit mercredi content de mettre cette controverse derrière lui.

En entrevue téléphonique, il a affirmé que l'institution avait fait le «bout de chemin» qu'il souhaitait et qu'il n'avait pas voulu «faire le procès» de l'Opéra de Montréal.

«Je n'ai rien à exiger d'autre que la situation se corrige. Cette situation me désolait. Si elle avait lieu à l'instant même, elle me désolerait tout autant. Mais je déplore aussi qu'on ait été obligé d'aller jusque-là, puisqu'on en parlait depuis le mois d'avril», a-t-il exprimé.

M. Hervieux ne comprend toujours pas une décision de marketing qu'il juge profondément «choquante».

«Est-ce que le marketing en est rendu là, c'est-à-dire qu'il faut qu'il y ait une image très proprette qui ne représente pas la réalité? Ça me dérange énormément.»

L'Opéra de Montréal a confirmé que le ténor lui avait fait part, dès avril dernier, de son «insatisfaction» face au fait qu'aucun artiste ne figure sur le matériel promotionnel de la présente saison.

Après plusieurs échanges avec M. Hervieux, l'institution a accepté de répondre à sa demande et de modifier la campagne entourant «La Chauve-Souris».

L'Opéra de Montréal a dit répondre aux autres récriminations du ténor en promettant de modifier la campagne de promotion pour les deux autres spectacles subséquents de la saison dont ne fait pas partie M. Hervieux.

L'institution a déploré par voie de communiqué l'«ampleur de la polémique», sans pour autant reconnaître de torts dans cette affaire.

Le directeur artistique Michel Beaulac s'est dit confiant que les «solutions apportées» assureront la bonne marche du spectacle.

Faisant écho aux critiques de M. Hervieux, le chanteur lyrique québécois Joseph Rouleau, basse de renommée internationale, a dit croire, en entrevue, à une «grande erreur».

«C'est un peu ridicule de mettre des mannequins sur les publicités. Je ne comprends pas du tout cette philosophie et je trouve ça très malheureux pour l'Opéra de Montréal», commentait mercredi M. Rouleau, tout en disant être prêt à «pardonner».

Ayant été l'un des fondateurs du Mouvement d'action pour l'art lyrique du Québec et son président dès 1977, M. Rouleau aura été avec ses revendications à la source de la création de l'Opéra de Montréal en 1980.

«Il faut avoir un certain respect pour les artistes», a-t-il ajouté, soutenant n'avoir jamais rien vu de tel en plus de 60 ans de carrière.