NOUVELLES
09/01/2013 05:46 EST

Haïti: du tourisme pour relancer l'économie (PHOTOS)

Tamy Emma Pepin

La ministre du Tourisme d’Haïti, Stéphanie Villedrouin, a profité de la troisième commémoration du tremblement de terre dévastateur de Port-au-Prince pour venir lancer officiellement à Montréal le premier forfait touristique en partenariat avec Air Transat.

La nouvelle a été annoncée en décembre dernier. Dans un communiqué très vaste et repris par l’ensemble des médias canadiens et québécois, le transporteur aérien annonçait qu’il ouvrait un nouveau forfait touristique en Haïti.

Destination appréciée dans les années 1970 par plusieurs Québécois et Nord-Américains, Haïti a malheureusement connu des années sombres sur le plan touristique, et ce, bien avant le tremblement de terre dévastateur de 2010.

Relancer le tourisme

Parmi les raisons, rappelons que les problèmes de sécurité et d’instabilité politique avaient miné la confiance des visiteurs, entraînant du même souffle une baisse du tourisme.

Le défi a donc été de taille pour les acteurs politiques du pays, de même que pour le transporteur québécois, afin de trouver une façon de relancer Haïti comme destination de choix.

Un objectif réalisable, après une année d’ardents efforts, convient toutefois la ministre Villedrouin. «Nous avons fait beaucoup d’actions sur le terrain en 2012 pour arriver à un tel résultat aujourd’hui», lance-t-elle, visiblement contente.

Premier transporteur

Premier transporteur touristique à emboîter le pas dans le développement du tourisme en Haïti, Air Transat a tout de même émis quelques balises, dont au niveau de la sécurité des futurs visiteurs. «Il y a eu des prérequis et nous avons dû mettre en place une organisation avec l’aide des Haïtiens», explique la ministre.

Pour la ministre, le développement du tourisme permet également de promouvoir une image positive d’Haïti. «Il faut arrêter de dire qu’Haïti est une destination qui fait peur», dit-elle. En guise d’exemple, Mme Villedrouin a rappelé que le pays a mis énormément d’efforts pour éradiquer le choléra.

Dans le même sens, Mme Villedrouin a mentionné qu’un tel projet de développement touristique a été rendu possible grâce à la participation de l’ensemble des gens d’affaires du pays. Ceux-ci, semble-t-il, ont cru à la possibilité de relancer Haïti comme destination balnéaire. Comment? En investissant massivement dans la construction de nouveaux hôtels.

Avant le tremblement de terre de 2010, le pays était en mesure d’offrir 3000 chambres. Un chiffre qui a chuté à 800 après la destruction - en partie - de Port-au-Prince. Aujourd'hui, alors que plusieurs hôtels sont encore en chantier de construction, la ministre indique que l’offre est maintenant de 3500 chambres.

Une augmentation du nombre de chambres qui, selon la ministre du Tourisme, permet de donner un nouveau souffle à une économie encore fragile et de créer de nouveaux emplois.

«Nous estimons que chaque nouvelle chambre permet la création de dix emplois directs ou indirects», affirme la ministre. Un chiffre qui pourrait encore augmenter avec les 30 forfaits vacances qu’Air Transat vient d’ajouter, cet hiver.

Un avenir florissant

La ministre a également rappelé que le président du pays a nommé l’année 2013 celle du reboisement. Des campagnes publicitaires auront lieu dans ce sens. L’objectif est de planter un arbre pour chaque citoyen haïtien.

À LIRE AUSSI: Destination Haïti

INOLTRE SU HUFFPOST

Balade à Port-au-Prince