NOUVELLES
09/01/2013 12:04 EST | Actualisé 11/03/2013 05:12 EDT

Plusieurs milliards de dollars d'investissements dans des gazoducs au Canada

Alamy

Le groupe énergétique malaisien Petronas va investir 5 milliards de dollars dans la construction d'un gazoduc dans l'ouest du Canada, tandis que TransCanada va dépenser 1 à 1,5 milliard pour étendre son réseau dans la même région, a annoncé mercredi le groupe canadien.

"Le gazoduc qui doit alimenter l'usine de GNL (gaz naturel liquéfié) Pacific Northwest coûtera environ 5 milliards de dollars" et sera financé par Petronas via sa nouvelle filiale canadienne Progress Energy, a indiqué à l'AFP un porte-parole de TransCanada, Shawn Howard.

Il a ajouté que sa société allait de son côté investir 1 à 1,5 milliard dans "l'extension" de son réseau en Colombie-Britannique.

L'entreprise publique malaisienne d'énergie Petronas, qui a racheté le mois dernier pour 5,2 milliards de dollars le groupe canadien Progress Energy spécialisé dans le gaz non conventionnel, s'était engagée, pour obtenir le feu vert d'Ottawa, à augmenter d'environ 60% la capacité de terminaux de liquéfaction de gaz dans l'Ouest canadien.

Le projet Pacific Northwest porte sur deux terminaux de liquéfaction, d'une capacité de 3,8 millions de tonnes par an chacun, qui seraient construits dans la région de Prince Rupert, au nord de la province Colombie-Britannique (qui borde le Pacifique), avec la possibilité d'en ajouter un troisième. L'activité, destinée à l'exportation maritime, devrait débuter en 2018.

Le gazoduc, qui sera construit par TransCanada, doit relier l'usine Pacific Northwest, près de ces terminaux, aux gisements de la région de Fort St. John, près de la frontière avec l'Alberta, soit à une distance de quelque 750 kilomètres.

Sa capacité sera au début de 56 millions de mètres cubes par jour et pourra être portée à 100 millions si nécessaire, selon TransCanada.

En outre, a ajouté Shawn Howard, TransCanada va financer lui-même "une extension" de son réseau de transport de gaz naturel dans le nord-est de la Colombie-Britannique, au coût estimé à "entre 1 et 1,5 milliard de dollars".

Cette extension doit permettre d'augmenter le volume acheminé dans la région de Prince Rupert et être opérationnelle fin 2015.

TransCanada opère un vaste réseau d'oléoducs en Amérique du Nord, dont le controversé Keystone XL, qui s'étend sur 3380 km, de l'Ouest canadien vers l'Illinois, et le terminal pétrolier de Cushing en Oklahoma, principal dépôt de brut aux Etats-Unis.