NOUVELLES
09/01/2013 04:13 EST | Actualisé 11/03/2013 05:12 EDT

Boeing assure avoir «extrêmement confiance» en son 787 Dreamliner

Le géant de l'aviation Boeing a assuré mercredi avoir «extrêmement confiance» en son 787 Dreamliner, alors que des enquêteurs du gouvernement américain cherchent à déterminer les causes d'un incendie ayant fait naître de nouvelles préoccupations au sujet de l'appareil.

Des flammes ont pris naissance lundi dans l'une des piles au lithium-ion d'un Dreamliner. L'ingénieur en chef de Boeing pour le 787, Mike Sinnett, n'a pas voulu faire de commentaire au sujet de l'incident, mais il a affirmé à des reporters que la pile était conçue de façon à éviter toute surchauffe et que les environs de la pile étaient conçus pour résister à un incendie.

Des questions demeurent toutefois sans réponse au sujet du 787, sur lequel comptent énormément le constructeur et les sociétés aériennes faisant partie de sa clientèle. À la suite d'un délai de près de trois ans, Boeing a jusqu'à présent livré 49 appareils, et quelque 800 autres ont été commandés.

Les investisseurs se sont portés au secours de l'entreprise, mercredi. Les actions de Boeing ont grimpé de 2,63 $ US, soit 3,6 pour cent, à la Bourse de New York, pour clôturer à 76,76 $ US, après avoir chuté de 4,6 pour cent lors des deux journées précédentes.

Le Dreamliner a connu sa part d'ennuis. En plus de l'incendie de lundi à bord d'un appareil vide de Japan Airlines, à Boston, un 787 de la même société aérienne a connu une fuite de carburant, mardi, tandis que le transporteur japonais All Nippon Airways a annulé un vol au Japon, mercredi, après qu'un système informatique eut révélé un problème de freins.

Le mois dernier, un 787 de la société américaine United Airlines assurant une liaison entre Houston et Newark, au New Jersey, a été détourné vers La Nouvelle-Orléans en raison d'un problème électrique.

M. Sinnett a indiqué que les ennuis jusqu'à présent connus par le 787 étaient similaires aux problèmes initiaux du Boeing 777, arrivé sur le marché au milieu des années 1990.