NOUVELLES
09/01/2013 04:54 EST | Actualisé 11/03/2013 05:12 EDT

Barry Bonds, Roger Clemens recalés sans surprise au Hall of Fame

Barry Bonds et Roger Clemens, des anciennes vedettes du base-ball au passé terni par des accusations de dopage, ont sans surprise été recalés mercredi à l'entrée du Hall of Fame (Temple de la renommée) aux Etats-Unis.

Bonds, détenteur du record de home-runs (coups de circuit) frappés en carrière (762 entre 1986 et 2007) et sur une saison (73 en 2001), a recueilli 36,2% de voix alors que Clemens, désigné sept fois meilleur lanceur en MLB en 23 ans de carrière (1984-2007), a de son côté reçu 37% de voix.

Pour être élu, il faut recueillir 75% des voix dans un vote de 569 membres de la Baseball Writers' Association of America (BWAA), qui n'ont cette année désigné aucun nouveau venu au Hall of Fame, pour la première fois depuis 1996.

Bonds et Clemens, qui étaient tous deux éligibles pour la première fois cette année et le seront une fois par an pendant encore quatorze ans, sont des noms symboliques des années stéroïdes dans le base-ball aux Etats-Unis.

Barry Bonds, l'ancien champ extérieur des San Francisco Giants, a été mêlé au vaste scandale de dopage Balco, du nom d'un laboratoire de la région de San Francisco qui avait mis au point des dopants indétectables. En 2011, il a été condamné pour avoir fait obstacle au bon fonctionnement de la justice devant un grand jury fédéral qui l'entendait en 2003 dans ce cadre.

Le nom de Clemens était l'un des principaux noms à figurer en 2007 dans le rapport Mitchell, qui pointait du doigt l'usage répandu des produits dopants en MLB. Il a été acquitté en juin 2012 des accusations d'obstruction à la justice et de parjure ont il était l'objet depuis son audition devant le Congrès en 2008.

Leur chances d'entrer un jour au Temple de la Renommée, un honneur considérable aux Etats-Unis, sont extrêmement minces à cause de leur passé.

bpe/mam