NOUVELLES
09/01/2013 03:19 EST | Actualisé 10/03/2013 05:12 EDT

Attentat anti-juif: entretiens "constructifs" entre l'Iran et l'Argentine (Téhéran)

Les chefs de la diplomatie iranien et argentin ont eu le 3 janvier des entretiens "constructifs" pour régler le contentieux entre les deux pays sur l'attentat anti-juif qui avait fait 85 morts en 1994 à Buenos-Aires, a annoncé mercredi Téhéran.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi a eu "une rencontre très constructive avec (son homologue argentin) Hector Timerman sur la mise en place d'un processus judiciaire" destiné à régler cette affaire, selon un communiqué du ministère.

"J'espère que ces discussions apporteront de bons résultats", a déclaré M. Salehi, cité par le ministère qui a précisé que cette rencontre, qui n'avait pas été annoncée, avait eu lieu à Zürich (Suisse).

La justice argentine accuse Téhéran d'être impliqué dans l'attentat contre la mutuelle juive argentine Amia qui avait fait 85 morts et 300 blessés en 1994 à Buenos-Aires, et réclame depuis 2006 l'extradition de huit responsables iraniens, dont l'actuel ministre de la Défense Ahmad Vahidi et l'ancien président Akbar Hachémi Rafsandjani, pour les juger.

Elle soupçonne aussi l'Iran d'être responsable de l'explosion, deux ans plus tôt, d'une voiture piégée devant l'ambassade d'Israël à Buenos Aires qui avait fait 29 morts et 200 blessés.

L'Iran a toujours démenti toute implication dans ces attentats.

Les deux pays ont ouvert en octobre 2012 des négociations pour définir un "mécanisme judiciaire" compatible avec leurs systèmes respectifs pour juger les suspects.

Téhéran n'a pas donné de détail sur le contenu des discussions du 3 janvier mais M. Timerman avait indiqué en décembre que l'Argentine allait présenter un "plan d'action" pour trouver une issue à ce contentieux qui empoisonne depuis 18 ans les relations entre les deux pays.

Israël et la communauté juive d'Argentine ont fait part à plusieurs reprises de leur inquiétude devant ces négociations, craignant qu'elles ne lèsent les droits des victimes au profit des intérêts diplomatiques des deux pays.

La communauté juive d'Argentine, forte d'environ 300.000 personnes, est la plus importante d'Amérique latine.

fpn-lma/vl