NOUVELLES
08/01/2013 06:40 EST | Actualisé 10/03/2013 05:12 EDT

Syrie: les combats reprennent de plus belle dans le camp palestinien de Yarmouk

DAMAS, Syrie - Les factions palestiniennes en Syrie ont appelé mardi à un cessez-le-feu après que des combats eurent éclaté dans un camp de réfugiés palestiniens à Damas, mettant en relief les divisions qui opposent les Palestiniens au moment où s'intensifie la guerre civile qui déchire la Syrie.

Le camp de Yarmouk a été le théâtre d'affrontements violents dans le passé, mais les combats se sont apaisés le mois dernier quand les rebelles qui cherchent à renverser Bachar el-Assad ont été incapables de déloger les forces loyales au régime qui s'y trouvent.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, cinq personnes ont été tuées mardi à Yarmouk, dont quatre par l'explosion d'un obus. La cinquième personne aurait été abattue par un tireur embusqué.

Le groupe a précisé que des combats intenses se poursuivaient en périphérie du camp et dans le district d'Hajar Aswad.

Dans un communiqué publié mardi, les représentants de 14 organisations palestiniennes installées à Damas ont réclamé un cessez-le-feu et une suspension de toutes les opérations militaires pour permettre aux équipes médicales et aux camions de ravitaillement de pénétrer dans le camp. Les organisations demandent à tous les hommes armés de se retirer du camp.

Environ la moitié des 150 000 habitants de Yarmouk ont fui le camp depuis le début des combats, à la mi-décembre. Certains ont trouvé refuge dans d'autres villes syriennes, ou encore au Liban.

Des dizaines de réfugiés palestiniens ont été tués dans les combats, mais les Nations unies n'ont pas fourni de bilan précis des violences à Yarmouk, qui comprennent des frappes aériennes et des tirs d'artillerie de l'armée syrienne et des affrontements entre rebelles et alliés du régime.

Un porte-parole de l'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) a déclaré à l'Associated Press que les forces syriennes continuaient de bloquer les entrées du camp de Yarmouk, même si des résidants ont été autorisés à aller récupérer des effets personnels. Toutes les installations de l'UNRWA dans le camp restent fermés, dont les trois centres de santé devenus inaccessibles à cause des combats, a indiqué le porte-parole, Sami Mshasha.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme et d'autres militants de l'opposition ont par ailleurs rapporté mardi des combats intenses dans les banlieues de Damas, notamment dans le district de Sayda Zeinab, et des tirs d'artillerie lourde dans les villes de Beit Saham et d'Aqraba, près de l'aéroport international de Damas.

Selon l'Observatoire, trois obus ont aussi été tirés dans la banlieue de Jaramana, blessant neuf personnes.