NOUVELLES
08/01/2013 10:31 EST | Actualisé 10/03/2013 05:12 EDT

Mesures du président yéménite pour inciter les Sudistes au dialogue

Le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi a décidé mardi de former deux comités chargés des principales revendications des Sudistes, pour tenter de les convaincre de participer au prochain dialogue national, a rapporté l'agence officielle Saba.

Un comité sera chargé de "régler la question des fonctionnaires relevés de leurs fonctions dans les domaines civils, militaire et de sécurité" et l'autre devra s'occuper de la "question des terres" confisquées par les Nordistes aux Sudistes.

Le chef de l'Etat a pris cette décision dans le but de "favoriser le dialogue national et la réconciliation", a ajouté l'agence, précisant que les deux comités avaient un délai d'un an pour mener leur tâche à bien.

Selon une source gouvernementale, les personnalités choisies pour en faire partie sont "connues pour leur probité et leur équité".

La position des Sudistes est l'une des principales entraves au démarrage du dialogue national, prévu par l'acccord de transition en vertu duquel l'ancien président contesté Ali Abdallah Saleh a remis le pouvoir à son ancien vice-président en février 2012.

Ce dialogue vise à élaborer une nouvelle Constitution et à préparer des élections en février 2014, à la fin d'une transition de deux ans.

Plusieurs dirigeants du mouvement autonomiste sudiste ont annoncé accepter de prendre part au dialogue mais la faction la plus dure, dirigée par l'ancien vice-président en exil Ali Salem al-Baid, y est toujours opposée et réclame un dialogue d'Etat à Etat.

Le chef de la sécurité nationale, Ali Hassan al-Ahmadi, a accusé mardi l'Iran de "soutenir les séparatistes et d'essayer d'alimenter le conflit afin de fragiliser l'initiative du Golfe", le plan de sortie de crise défendu par les monarchies arabes de la région.

M. Ahmadi a aussi accusé les autorités chiites de Téhéran de soutenir "financièrement et moralement" la rébellion zaïdite (chiite) dans le nord.

L'Iran, dont les relations avec les pays du Golfe sont très tendues, a rejeté ces accusations, par la voix de son ambassadeur à Sanaa Hassan Zada, qui a estimé que M. Hadi avait reçu "des informations erronées de l'Occident".

Le Sud était un Etat indépendant avant l'unification du Yémen en 1990. En 1994, une éphémère tentative sudiste de sécession avait été écrasée par les troupes nordistes et les citoyens du Sud se plaignent depuis de discrimination.

Les Sudistes réclament en particulier une réintégration ou une compensation pour 60.000 fonctionnaires, militaires et policiers licenciés "abusivement" ou mis à la retraite après 1994, ainsi qu'un règlement des terres appartenant à l'Etat ou à des particuliers confisquées par des responsables nordistes.

mou-wak-jj/at/fc/vl