NOUVELLES
08/01/2013 10:44 EST | Actualisé 10/03/2013 05:12 EDT

Les militaires veulent obtenir de meilleures compensations au niveau immobilier

OTTAWA - L'ombudsman des Forces canadiennes a lancé un appel auprès du nouveau chef de la Défense afin qu'il intervienne au nom des familles de militaires qui ont été forcées d'absorber une grande partie des pertes au niveau immobilier après avoir été transférées.

Pierre Daigle a écrit au général Tom Lawson, disant que son bureau avait reçu «de nombreuses plaintes» au sujet du programme d'aide d'accès à la propriété.

La semaine dernière, La Presse Canadienne rapportait qu'au moins 146 familles militaires avaient fait face à des difficultés financières entre 2007 et 2010 après s'être vu refuser une compensation complète pour les pertes causées par la vente de leur domicile dans un marché en baisse.

L'ombudsman a observé des données et a conclu qu'il fallait se pencher sur les différentes interprétations des règles fédérales en ce qui concerne les compensations remises aux soldats lors d'un transfert obligatoire.

M. Daigle a déclaré mardi qu'il s'agit d'un problème croissant qui minait le morale des troupes.

La politique de la Défense nationale à ce sujet, écrite il y a 20 ans et qui n'a jamais véritablement révisée depuis 1999, n'est pas à jour et fait l'objet de plaintes à chacune des bases que M. Daigle a visitées.

Dans une lettre, M. Daigle mentionne à M. Lawson que même si le prix moyen d'une maison a triplé, les bénéfices liés à la politique n'ont pas été ajustés afin de répondre aux besoins des membres des Forces canadiennes et de leur famille.

Le bureau du ministre de la Défense, Peter MacKay, a dit ne pas être au courant de la lettre et des propos de M. Daigle.

Une porte-parole du bureau de M. MacKay, Paloma Aguilar, a mentionné que le gouvernement Harper avait utilisé d'autres moyens afin d'alléger le fardeau de ses militaires, notamment en limitant la hausse du loyer sur les bases militaires.