NOUVELLES
08/01/2013 04:34 EST | Actualisé 10/03/2013 05:12 EDT

Les figurines de «Django Déchaîné» sont jugées inappropriées par des militants

LOS ANGELES, États-Unis - Des figurines liées à l'ère de l'esclavagisme vendues pour la sortie du film «Django Déchaîné» de Quentin Tarantino suscitent des questions sur la pertinence de mettre de tels produits sur le marché.

Une série de figurines des principaux personnages du film sont en vente en ligne, fabriquées par la compagnie de jouets NECA en partenariat avec Weinstein Co.

Najee Ali, directeur du groupe militant Project Islamic Hope aux États-Unis, prévoyait mardi appeler au retrait de ces produits.

Il a parlé d'une «claque au visage de nos ancêtres», disant croire que ces figurines banalisent les horreurs de l'esclavage.

Ces figurines sont recommandées aux personnes de plus de 17 ans. Quentin Tarantino a eu l'habitude de vendre de tels produits de collection pour ses films, incluant le précédent «Le Commando des bâtards».

The Weinstein Co. et NECA n'avaient pas commenté l'affaire dans l'immédiat.

Najee Ali a bien fait comprendre que ses objections ne concernaient pas le film en lui-même.