NOUVELLES
08/01/2013 07:32 EST | Actualisé 10/03/2013 05:12 EDT

Les autorités dominicaines bloquent le passage à des Haïtiens sans papier

SANTO DOMINGO, République dominicaine - Environ 2000 travailleurs haïtiens sans papier qui étaient rentrés chez eux pour les vacances des Fêtes ont été stoppés à un poste frontalier d'importance et n'ont pu retourner en République dominicaine, ont indiqué les autorités, mardi.

Ces Haïtiens habitent et travaillent en République dominicaine, mais étaient rentrés dans leur pays afin de célébrer Noël avec leurs parents et amis. Haïti et la République dominicaine partagent l'île d'Hispaniola dans les Caraïbes. Les deux pays sont séparés par une frontière de 362 kilomètres, surveillée par des soldats.

On estime qu'un million d'Haïtiens, dont plusieurs immigrants illégaux, habitent en République dominicaine, qui en retour, compte sur ceux-ci depuis des décennies afin de couper la canne à sucre, récolter des graines de café et travailler dans la construction.

Mardi, le ministre de l'Immigration en République dominicaine, Jose Ricardo Taveras, a déclaré aux journalistes que plusieurs travailleurs n'avaient pas reçu la permission de franchir la frontière à Dajabon puisqu'ils n'avaient ni passeport, ni permis.

M. Taveras a noté en conférence de presse qu'il avait simplement suivi ce que dictait la loi.

Entre dimanche et mardi matin, plus de 1100 immigrants haïtiens ont franchi la frontière près de la ville de Dajabon, dans le nord du pays, et ont réintégré leur domicile en République dominicaine. Cependant, environ 2000 autres étaient sans papier et sont coincés en Haïti, incapables de reprendre leur travail.

Le révérend Regino Martinez, un prêtre qui milite auprès des immigrants haïtiens en République dominicaine, a déclaré qu'il avait demandé au gouvernement dominicain le mois dernier de remettre un document permettant aux Haïtiens de franchir librement la frontière à Dajabon pendant les Fêtes. M. Taveras a toutefois noté qu'aucune permission n'a été donnée.

L'ambassadeur d'Haïti en République dominicaine, Fritz Cineas, a dit qu'il tentait d'en arriver à une entente diplomatique afin de régler le problème.