NOUVELLES
08/01/2013 02:34 EST | Actualisé 10/03/2013 05:12 EDT

Des réfugiés syriens en Jordanie en colère contre leurs conditions de vie

ZAATARI, Jordanie - Des Syriens réfugiés dans un camp en Jordanie ont attaqué des travailleurs humanitaires avec des bâtons et des pierres mardi, frustrés contre le froid et les vents violents qui ont emporté leurs tentes et les pluies torrentielles qui ont inondé les rues du camp.

Selon la police, sept travailleurs humanitaires jordaniens ont été blessés après avoir été attaqués par des dizaines de réfugiés, alors qu'ils distribuaient du pain pour le déjeuner.

Les réfugiés pourraient devoir affronter des difficultés encore plus grandes, puisqu'une importante tempête de neige est attendue dans la région mercredi.

«C'est l'enfer. On cuit en été et on gèle en hiver», s'est lamenté Ahmed Zibi, 45 ans, un père de cinq enfants dont la tente s'est effondrée durant la nuit. «La pluie a inondé la tente et elle est tombée sur nous.»

L'émeute a éclaté après la première tempête hivernale majeure de la saison à frapper le camp de Zaatari, qui abrite quelque 50 000 réfugiés, dont au moins la moitié sont âgés de moins de 18 ans, dans le désert du nord de la Jordanie.

Dans le camp, d'immenses mares de boue entouraient les tentes. Certains réfugiés se sont empressés d'évacuer leur tente inondée ou ont eu recours à de petits seaux pour enlever l'eau, tandis que d'autres ont construit de petits murets de boue pour tenter de bloquer les eaux. Les femmes, les enfants et les personnes âgées ont trouvé refuge dans d'autres tentes au sec.

Un porte-parole de l'Organisation de charité jordanienne hachémite, Ghazi Sarhan, a indiqué que l'émeute avait été provoquée par la frustration des réfugiés face à leurs conditions de vie difficiles. L'organisation gère le camp en collaboration avec le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Selon le HCR, 597 240 réfugiés syriens sont enregistrés ou attendent de l'être en Turquie, au Liban, en Jordanie, en Irak et en Égypte. De nombreux Syriens auraient également trouvé refuge chez des proches dans la région sans s'enregistrer auprès de l'ONU.

La Programme alimentaire mondial (PAM) a déclaré mardi qu'il était incapable d'aider un million de Syriens qui souffrent de la faim sur le territoire syrien.

La porte-parole du PAM, Elisabeth Byrs, a indiqué que l'agence prévoyait de fournir de l'aide à 1,5 des 2,5 millions de Syriens déplacés dans leur propre pays. Mais les problèmes de sécurité et l'incapacité du PAM à utiliser le port de Tartous pour ses livraisons signifient que de nombreux Syriens dans le besoin ne pourront recevoir d'aide, a-t-elle dit.