NOUVELLES
07/01/2013 06:59 EST | Actualisé 09/03/2013 05:12 EST

Tentative d'assassinat d'un responsable islamiste libyen à Benghazi

Un chef d'un groupe salafiste libyen Salem Abou Khattala a affirmé lundi à l'AFP avoir été la cible d'une tentative d'assassinat la veille à Benghazi, dernière attaque en date dans cette ville de l'est libyen en proie à une insécurité grandissante.

Selon M. Abou Khattala, l'un des dirigeants du groupe Ansar al-Charia, basé à Benghazi (est), "un homme a été tué et un autre blessé alors qu'ils plaçaient une bombe sur la voiture de mon frère avec l'objectif de me tuer".

Il a affirmé que les assaillants étaient de la famille d'un officier tué avec le chef d'état-major rebelle Abdel Fatah Younès dans des conditions mystérieuses en juillet 2011 à Benghazi, en pleine révolte contre le dirigeant Mouammar Kadhafi, mort après sa capture en octobre.

Un responsable de la sécurité à Benghazi, deuxième ville de Libye, a confirmé la tentative d'assassinat contre Salem Abou Khattala et la mort d'un assaillant.

L'explosion a détruit deux véhicules, dont une camionnette qui aurait été utilisée par les assaillants, selon un photographe de l'AFP.

Ahmad Abou Khattala a été accusé dans l'affaire de l'assassinat d'Abdel Fatah Younès, tué avec deux de ses compagnons. Younès avait participé au coup d'Etat ayant permis à Mouammar Kadhafi d'accéder au pouvoir en 1969 et avait été son ministre de l'Intérieur avant de joindre la rébellion.

En outre, Ahmed Abou Khattala, un ex-chef rebelle, a démenti en octobre des informations de la presse américaine l'impliquant dans l'attentat contre le consulat des Etats-Unis à Benghazi qui a tué le 11 septembre quatre Américains dont l'ambassadeur.

Berceau de la révolte, Benghazi a connu une série d'attaques contre des postes de police et des assassinats de responsables de la sécurité ou d'anciens rebelles et est devenue un repère pour les groupes jihadistes.

str-dsg/tp/sw

PLUS:afp